Vous êtes ici

+20% d'entrées au festival du film francophone de Brides

CADS_campagne printemps2017_rubrique culture_verticale

En trois jours, le cinéma le Doron à Brides-les-Bains a enregistré plus de 1440 entrées payantes à l'occasion des projections du festival du film francophone de Brides-les-Bains. C'est 20% de mieux que l'édition précédente. Fidèle de la station thermale, le producteur et acteur Dominique Besnehard avait réservé au public bridois une programmation de haute volée, avec quatre films primés au 10e Festival du Film Francophone d'Angoulême en août dernier, et pas moins de cinq avant-premières françaises. Plusieurs protagonistes des films présentés ont fait le déplacement à Brides, dont Swann Arlaud, Valois du meilleur acteur à Angoulême pour son rôle dans Petit paysan de Hubert Charuel. Le thème du film a fait sensation en terre savoyarde où l'agriculture de montagne contribue à l'économie et à l'entretien des paysages.

Dominique Besnehard et Nawell Madani, réalisatrice-actrice du film C'est tout pour moi ©Christophe Stramba-Badial

Le public a acclamé Jalouse de David et Stéphane Foenkinos avec Karine Viard (sortie le 8 nov). La réalisatrice Raja Amari est venue présenter son film Corps étranger (sortie 22 nov) qui amène un autre éclairage sur les clandestins. Autre fiction ovationnée, C’est tout pour moi (sortie le 29 novembre), le premier film de l'humoriste belge Nawel Madani, une comédie enlevée fortement inspirée de son parcours. La séquence old but goldies, avec la projection du film Les sorcières de Salem (1957) de Raymond Rouleau, un des premiers films de Mylène Demongeot, la marraine du festival. En dépit de la présence d'Yves Montand et de Simone Signoret, d'un scénario de Jean-Paul Sartre tiré de la pièce d'Arthur Miller, le film n'était quasiement plus visible en France depuis sa sortie il y a soixante ans, le dramaturge américain voulant faire payer à Yves Montand, sa liaison avec Marilyn Monroe, son épouse à l'époque !