Vous êtes ici

L'Ecole des cadres d'Uriage à la Une

CADS_campagne printemps2017_rubrique culture_verticale

Le Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère, la commune de Saint-Martin-d’Uriage et la Maison des Sciences de l’Homme-Alpes à Gières proposent plusieurs rendez-vous et une publication sur  l’École des cadres d’Uriage. Cette institution, fondée à Uriage sous le régime de Vichy en 1940 par le capitaine Dunoyer de Segonzag, avait pour mission de former les futures élites françaises dans l'idéologie de la Révolution nationale du Maréchal Pétain. La liberté de parole et le respect de l'individu qui y sont la règle, vont rapidement créer des divergences entre ses animateurs et le pouvoir collaborationniste. Laval fermera l'école en 1942, remplacée dans les locaux du château d'Uriage par la Milice. C'est ce remplacement au sein de cette vaste bâtisse surplombant la cité thermale, et ses origines vichyssoises, qui vont longtemps coller une image trouble à l'Ecole des cadres d'Uriage. Des travaux universitaires ont rétabli la vérité historique, rappelant que son fondateur et plusieurs "Uriagistes" avaient basculé dans la clandestinité et rejoint les maquis, pour devenir des figures de la Résistance et des intellectuels respectés, comme Hubert Beuve-Méry, fondateur du journal Le Monde, Emmanuel Mounier et Jean-Marie Domenach, fondateurs et dirigeants de la revue Esprit.

Les 8e Rencontres philosophiques d'Uriage, du 13 au 15 octobre, en lien avec la prochaine exposition temporaire du Musée de la Résistance et de la Déportation de Grenoble, Former l’élite. L’École nationale des cadres de l’État français, Uriage 40-42 (17/11-21/05/18) plancheront sur la notion de résistance et sur les ambiguïtés idéologiques qu'a pu véhiculer la première Ecole nationale des cadres de l'Etat français. Un ouvrage co-édité par le musée et la Maison des Sciences de l’Homme-Alpes viendra compléter le propos en passant en revue les différentes écoles qui se sont succédées au château d'Uriage. De quoi faire la lumière sur l'histoire plurielle du lieu et de ses occupants, ainsi que sur l'héritage culturel légué par la première école de cadres de l'Etat français.