Vous êtes ici

Les 19e Rencontres Ciné Montagne, c'est parti !

CADS_campagne printemps2017_rubrique culture_verticale

Jusqu'au 11 novembre, le coeur de Grenoble bat au rythme des Rencontres Ciné Montagne 2017 au Palais des Sport, enceinte qui célèbre ses 50 ans. C'est d'ailleurs par un ciné-concert hommage aux JO de Grenoble que la 19e édition a démarré hier, avec des images d'époque rares, montées par Jérémie Chenal avec la participation de Gilles Chappaz, mises en musique en live par le chanteur et guitariste Xavier Machault, accompagné de son comparse, virtuoses des claviers, Roberto Negro.

Une soirée d'ouverture retransmise pour la première fois en intégralité en léger différé par Télé Grenoble, dont le rédacteur-en-chef Thibault Leduc anime les plateaux entre chaque film diffusé.
Les quelque 3000 spectateurs ont ensuite découvert quatre films très différents autour du thème de l'esprit montagne en présence de leurs protagonistes, dont le point commun est incontestablement l'humilité.
Ainsi, la snowboardeuse grenobloise Marion Haerty, championne du monde en titre de freeride, désormais installée à Chamonix, répète à l'écran dans  Midnight Tells, comme devant les 3000 spectateurs, qu'elle a encore beaucoup à apprendre face à la montagne.


L'immense François d'Haene, au sens propre comme au sens figuré, l'ultra-traileur vigneron, fidèle des Rencontres de Grenoble lorsqu'il était étudiant en kiné à Grenoble, n'imaginait pas qu'un jour il serait sur scène pour parler des multiples exploits qu'il enchaîne. Comme ce record de la traversée de la Corse par le GR20 réalisé en juin 2016 et capté par le réalisateur Maxime Moulin et son équipe dans Crossing Corsica. Le triple vainqueur de l'UTMB a mis 31 heures et les poussières pour boucler un parcours que les meilleurs randonneurs mettent 15 jours à terminer. Impressionnant, mais le fruit d'une entreprise collective insiste-t-il, refusant de tirer la couverture à lui pour saluer ses pacers et son entourage, indispensables.
Humilité encore devant les deux cordées du Doigt de Dieu, le docu-fiction de Pierre Petit et Laurent Cistac sur la traversée de la Meije par la face Nord, par eux guides père et fils, Yvan et Yann Estienne et leurs clientes. Une course de haute volée émaillée des confidences de chacun d'entre eux sur le bonheur de faire corps quelques instants avec le monde hostile de la haute altitude. Le philosophe Michel Serres, alpiniste lui-même, apporte son analyse à cette passion toute symbolique des hommes pour les cimes.
Enfin, dans le film lauréat 2017 des Bourses Expé, les deux kayakistes amateurs partis explorer un territoire sauvage en Colombie-Britannique au Canada en autonomie complète, ont encore les yeux qui brillent de leurs rencontres avec la faune locale, royaume des loups, des ours ou des baleines à bosses, où l'homme est bien petit.

Ce soir, soirée spéciale Piolets d'or 2017 avec Catherine Destivelle. A partir de 19h30