Vous êtes ici

Les Contamines pionnières en montagne sur l'escape game

CADS_campagne printemps2017_rubrique culture_verticale
Un drôle de container où les joueurs doivent utiliser leurs méninges pour en sortir dans le temps imparti !

Originaires d'Asie et introduits en Europe via la Hongrie, les jeux d'évasion grandeur nature font fureur en ville. A mi-chemin entre le Cluedo et Fort-Boyard, ce phénomène urbain va-t-il gagner la montagne ? Les Contamines, en lançant le premier divertissement du genre en station, font un tabac cet été. Et récidivent l'hiver prochain.

La montagne, ses beaux paysages, son air pur, ses multiples activités de plein air... Oui bien sûr. Mais, comme le souligne Christophe Gernigon, le directeur de l'office de tourisme des Contamines, la destination montagne doit innover pour attirer du monde. "Je cherchais donc une idée d'activité inédite en montagne qui soit familiale, novatrice et indoor, pour occuper les vacanciers, même quand la météo est maussade".

En surfant sur Internet, il tombe sur la proposition d'une jeune société, Escape Box, fondée par un duo tout juste sorti d'une école de commerce. " J'ai été séduit par leur concept qui est le premier live escape game itinérant et personnalisable. On s'est rencontré et j'ai dit banco pour tester le produit cet été 2015", explique le directeur de l'OT des Contamines, premier client de la start-up.

Sur le marché des escape game mêlant action et réflexion, en plein boom en France, la bonne idée d'Escape Box, c'est incontestablement l'originalité de ses espaces de jeu. A savoir, des containers maritimes, peu encombrants et mobiles, personnalisables à souhait.

Cet été, la station des Contamines, a fait le choix de la jouer décalé, c’est à dire de ne pas personnaliser les containers pour attirer les curieux, via l'insolite de l'objet. Et ça marche ! "Lancé depuis le 10 juillet dernier, plus d'une centaine d'équipes, soit quelque 500 joueurs, ont revêtu le costume des gentlemen-cambrioleurs du Casse du siècle, le scénario que nous avons imaginé", se félicite Florent Dhome, l'un des deux gérants d'Escape Box. Il est ravi que ce jeu de rôle en univers clos, trouve son public, même au royaume du grand air. "Quand il pleut ou pour se retrouver en famille ou entre amis, cette activité indoor inter-générationnelle, à mi-chemin entre le Cluedo et Fort-Boyard, a tout pour plaire", commente-t-il.

A l'intérieur de l'Escape Box, une mise en scène immersive pour les joueurs

Aux Contamines, la partie dure 45 minutes et enchaîne jeux d'adresse et énigmes. A l'intérieur, les deux containers ont été décorés pour que les joueurs s'immergent vraiment dans l'ambiance du scénario, inspiré du film Ocean Eleven. "Les meilleures équipes ont mis 32 minutes pour sortir de l'Escape Box. Pour les joueurs en difficulté, l'animateur, qui encadre la partie, divulgue des indices supplémentaires, car la séance doit rester du plaisir", souligne Florent Dhome.

Alors qu'en ville, ce type de jeu, coûte en moyenne 25€ par joueur, ici l'activité s'affiche à 10€, car c'est l'office de tourisme des Contamines qui en est l'exploitant. "Nous équilibrons l'activité. Le but n'est pas de faire de l'argent, mais de divertir nos clients, ce jeu s'inscrivant dans notre programme d'animations", précise Christophe Gernigon, qui, devant le succès, a décidé de proposer l'Escape Box l'hiver prochain.

"Je compte sur lui pour booster l'après-ski, moment toujours délicat en station. Les containers seront même installés sur la place du village pour être immanquables", annonce-t-il. Et pour mieux s'intégrer dans le paysage, ils seront cette fois bardés de bois.

Cette expérience inédite des Contamines, plébiscitée par le grand public, devrait faire des émules dans d'autres stations. Le duo d'Escape Box l'espère, tout comme le directeur de l'OT des Contamines, ravi d'avoir donné leur chance à ces jeunes entrepreneurs et de faire de la station haut-savoyarde un "trendsetter", autrement dit un faiseur de tendances.

Sophie Chanaron