Vous êtes ici

Les Rencontres Montagnes & Sciences plébiscitées par les scolaires

CADS_campagne printemps2017_rubrique culture_verticale
©Evrard Wendenbaum/Naturevolution

Le seul festival de films dédié aux aventures scientifiques en France va-t-il devoir passer à trois jours pour répondre à l'engouement du public, et notamment des scolaires, ou alors devenir payant pour canaliser le flot de ses spectateurs, comme l'ont déjà fait les Rencontres Ciné Montagne il y a deux ans ? La question se pose, parce que bien avant leur coup d'envoi, les 4e Rencontres Montagnes & Sciences, dans le cadre des 19e Rencontres Ciné Montagne, au Palais des Sports, affichent complet pour la séance pensée prioritairement pour les scolaires, vendredi après-midi 10 novembre.

"Nous n'allons pas pouvoir accueillir le grand public comme nous le faisions les années précédentes, les 2850 places de la jauge du Palais des Sports ont toutes été pré-réservées par les scolaires", regrette Eric Larose, chercheur CNRS à l'ISTerre, président de l'association Montagnes & Sciences. Il faut dire que les vols d'aigle et de petits rapaces dans le Palais des Sports prévus lors de cette séance, ont dû faire le buzz auprès des classes !
Les individuels devront donc se présenter le 11 novembre, mais pas sûr qu'il y ait des places assises pour tout le monde, tant cette programmation spécialisée séduit. Que ceux qui n'auront pu accéder aux projections vendredi ou samedi, se consolent, ils pourront se rabattre sur la tournée la tournée Montagnes & Sciences à Bourg d'Oisans, Valence, Villard-de-Lans, Lyon et Clermont-Ferrand !
Afficher rapidement complet pour une telle manifestation n'a au fond rien d'étonnant dans une métropole où les sciences occupent une place privilégiée. L'événement est d'ailleurs co-organisé par l'association éponyme, le CNRS, l'Université Grenoble Alpes et la Ville de Grenoble. Mais qu'on ne s'y trompe pas, il ne s'agit pas d'une sélection de films pour un public d'avertis. Même les néophytes y trouvent leur compte, à travers une dizaine de documentaires au savant dosage entre spectacle et connaissances. "Les plateaux entre chaque films permettent d'approndir le propos d'un film par les échanges avec leurs protagonistes", indique Marion Bisiaux, spécialiste de la communication scientifique, docteur en glaciologie et bénévole à l'association Montagnes & Sciences.

Dix films, trois avant-premières

Avec les autres membres du comité d'organisation, elle a visionné une cinquantaine de films pour n'en retenir qu'une dizaine pour cette 4e édition. "Notre ligne éditoriale ne correspond pas forcement à ce qu'il se fait actuellement dans le milieu des films scientifiques, à la dimension très pédagogique, avec voix off emphatique", explique la jeune femme. "Nous nous plaçons dans l'esprit ciné aventure, avec la volonté de parler de la science et de la montagne avec un autre regard".

©H.Bisiaux

Ainsi, parmi les documentaires projettés, trois le sont en avant-première. Windsled de Nacho Garcia, sur un traîneau pour expéditions polaires "zéro émission", Black Silence ? (ou la Galerie des Merveilles) de Yoan Perrié et Les murmures de la glace, le dernier film de l'explorateur Evrard Wendenbaum, qui a suivi une équipe de scientifiques pluridisciplinaire en expédition Scoresby Sund, le plus grand système de fjords du monde. Le deuxième film dont le titre n'est pas encore arrêté à l'heure où nous écrivons ces lignes, pourrait figurer dans la programmation des Rencontres Ciné Montagne, plus généraliste. Le réalisateur y suit en effet une équipe de spéléologues dans une séquence subaquatique impressionnante dans les entrailles du Vercors. Un défi sportif mais avant tout sur soi-même, qui interpelle sur les réactions et l'adaptation du corps à un milieu confiné. Piquer la curiosité du grand public, l'inviter à s'interroger et à enrichir ses connaissances sur des milieux qu'oscultent les scientifiques à deux pas de chez lui ou dans des pays lointains, c'est la vocation de Montagnes & Sciences.

SC