Vous êtes ici

Deux nouveaux projets en route pour la Foncière hôtelière des Alpes

Cyril Gouttenoire, Crédit agricole des Savoie, Ivan Bornecque, Crédit agricole Sud Rhône-Alpes, Lionel Raymond, Banque Populaire Rhône-Alpes, Edith Martin-Bonnenfant, Caisse des Dépots Arc alpin, Thierry de Vincenzi, Caisse d'Epargne Rhône-Alpes

Créée en octobre 2015 par la Caisse des Dépôts et les quatre principales banques alpines, la Foncière hôtelière des Alpes valide deux nouveaux projets, sur la vingtaine pour lesquels elle a été sollicitée à ce jour. La création d'un Club Med à Arc 1600 et le reprise d'un hôtel à Val d'Isère. Le premier, projet de 100 millions d'euros, va donner naissance à un village vacances de 40 000 m² de 410 chambres 4 tridents et 24 suites 5 tridents. Soit l'équivalent d'un millier de lits pour la station sur les hauteurs de Bourg-Saint-Maurice.

"La Foncière a apporté 7,5 M€", précise Edith Martin-Bonnenfant, sa présidente. "Cet investissement participe à la diversité de nos prises de participation", explique Lionel Raymond de la direction commerciale de la Banque populaire des Alpes, soulignant l'implication des banques régionales dans l'éco-système local et la volonté de l'opérateur d'ancrer le tour de table dans le territoire. A la clé de ce nouveau Club Med, 400 emplois  hiver comme été. "Les travaux vont démarrer très rapidement pour une ouverture prévue pour l'hiver 2018-2019".
Le deuxième  projet validé concerne un projet de transmission, avec le rachat par Arthur Reversade, le fils du fondateur de la Folie Douce, de l'hôtel La Tovière à la Daille. Un établissement qui comptera une trentaine de chambres pour accueillir les skieurs-clubbers au retour de la Folie Douce pour un after ambiancé ! Un investissement de 8 millions d'euros dans lequel la part de la Foncière s'élève à 1,5 millions d'euros. "On poursuit l'histoire des Reversade à Val d'Isère avec une nouvelle génération d'entrepreneur". Un jeune homme précoce puisqu'Arthur Reversade a tout juste 25 ans, mais déjà bankable ! Ouverture l'hiver prochain en principe.

Sophie Chanaron