Vous êtes ici

La Région débloque 10 M€ pour les canons dès 2016

"La Région n'a pas le droit de tourner le dos à la montagne et au tourisme du ski, dont dépendent 180.000 emplois. Ski et neige ne peuvent plus être considérés par la Région comme des gros mots", a lancé Laurent Wauquiez venu à Lans-en-Vercors pour présenter le plan neige de la Région Auvergne Rhône-Alpes, porté par Gilles Chabert, son conseiller Montagne et local de l'étape.

"La Région, dont 2/3 du territoire est en zone de montagne, doit aimer et défendre ses stations de ski parce que c'est une chance extraordinaire", a rappelé le président de la Région. L'objectif de la nouvelle majorité régionale est d'accompagner à nouveau les investissements en station, en mettant sur la table 10 millions d'euros, dès cette année, sur la neige de culture pour sécuriser l'activité ski, soit 50 millions sur la durée du mandat. "Il faut agir rapidement et ne pas subir le changement climatique et pour cela, il faut s'adapter, lancer des projets pour garder une dynamique, tout en respectant l'environnement et la ressource en eau", estime Laurent Wauquiez, qui espère, qu'avec l'appui des Conseils départementaux, ce sont 200 millions d'euros de travaux en enneigeurs et retenues collinaires qui seront engagés. "L'idée, c'est que la Région enclenche la dynamique, et que nous entraînions tout le monde avec nous". Le Conseil départemental de l'Isère, par la voix de Jean-Pierre Barbier, a confirmé que pour 1 euro apporté par la Région, le Département engagerait lui aussi 1 euro.
Premier projet qui va pouvoir bénéficier de cette enveloppe de 10 millions d'euros débloqués dès cette année, celui de Lans-en-Vercors, la commune hôte de la journée, dont la saison hivernale a été ruinée par l'absence d'un réseau de neige de culture. Pour le créer, elle veut aménager une retenue collinaire qui alimentera ses futurs enneigeurs l'hiver et, qui l'été se transformera en plan d'eau pour les pêcheurs. L'aide de la Région va permettre de concrétiser cet investissement stratégique pour la station iséroise aux portes de l'agglomération grenobloise, symbole de ces destinations de moyenne montagne, indispensables à soutenir sinon, "le ski restera ne réservé qu'aux riches".

Mais quid de la neige de culture quand les températures sont trop élevées et ne permettent pas de faire fonctionner les enneigeurs, comme à Noël ou en janvier ? Elus, exploitants et socio-pros comptent sur la technologie pour produire de la neige à plus hautes températures qu'actuellement (-2° ou 0°) et pour exploiter de façon optimale les fenêtres météo. Notamment à partir d'équipements plus puissants arrivant sur le marché, mais plus gourmands en énergie.

Ce plan neige est l'acte 1 d'un ambitieux plan Montagne, "pragmatique et de bon sens", porté par Gilles Chabert, un brin provocateur : "Le plan neige est vital, le reste c'est du folklore". Une formule qui a fait rire la salle et les orateurs, ces derniers tempérant tout de même le point de vue du Monsieur Montagne de la Région, en rappelant qu'il est indispensable de développer aussi la montagne estivale, "même si le ski est bien la locomotive de l'économie touristique de la Région".

Les autres volets de ce plan Montagne qui s'inspire de celui lancé dans les années 70 par Georges Pompidou : la mise à niveau de l'hergement touristique et le traitement des lits froids en faisant appel à la Caisse des Dépôts, l'amélioration de l'accès aux stations en misant sur le transport par câble, le maintien des services de santé de proximité, la montagne estivale ou le développement du numérique dans les stations. "La Région est prête à financer la construction les pylônes à condition que les opérateurs s'engagent à venir sur ces pylônes pour avoir un effet démultiplicateur et ne pas attendre des années que les choses bougent", a encore indiqué Laurent Wauquiez.

SC