Vous êtes ici

L’emploi préservé sur les domaines skiables cet hiver

© Actumontagne

Une embauche des personnels quasi-normale malgré un contexte difficile, une légère baisse de fréquentation des domaines skiables sur l’ensemble de la saison, mais une activité renforcée pendant les vacances de février et sur la fin de saison. Tels sont les principaux enseignements de l’hiver 2016-17, selon le bilan publié par Domaines Skiables de France, l’organisme qui regroupe les exploitants de remontées mécaniques en France.

90 %. C’est le taux d’embauche des saisonniers de la branche « domaines skiables » constatée à Noël en Savoie et dans les Alpes du Sud. Même s’il descend à 66 % dans les Pyrénées et à 50 % en Isère et en Haute-Savoie, ce chiffre est plutôt bon, voire très bon au regard du déficit d’enneigement en début de saison. En effet, il faut rappeler que seule une piste sur trois en moyenne était ouverte à Noël dans l’ensemble des stations français. La faute à un manque de précipitations : par exemple - 40 à -50 % de chutes de neige en décembre et janvier dans les Alpes du Nord par rapport à une saison moyenne. Plusieurs facteurs expliquent que les domaines skiables français aient malgré tout pu conserver un taux d’embauche honorable des saisonniers : le savoir-faire en termes d’aménagement et d’entretien des pistes (engazonnement de plus en plus poussé, damage toujours plus efficace, amélioration et extension des réseaux de neige de culture…), mais aussi une législation plus souple. Ainsi, la mise en œuvre de l’article 45 de la loi Montagne publiée fin décembre a permis aux régies sans personnalité morale distincte de bénéficier de l’activité partielle. On note aussi que Domaines Skiables de France a obtenu en fin de saison l’autorisation de la Ministre du Travail d’expérimenter des CDI-Intermittents dans la branche, dans le cadre des dispositions nouvelles ouvertes par l’article 87 de la Loi Travail de 2016. L’arrêté du 6 avril 2017 pris par la Ministre du Travail vient s’ajouter, à titre expérimental pour deux ans et demi, aux outils déployés par la profession pour sécuriser davantage les personnels saisonniers dans une optique de fidélisation et de professionnalisation.

© Actumontagne

La fréquentation globale des domaines skiables accuse une baisse de 2 % par rapport à l’hiver 2015-16, et de – 6% par rapport à la moyenne des quatre hivers précédents. Pour autant, les recettes des ventes de forfait sont stables par rapport à l’hiver dernier. Cette tendance nationale masque cependant d’importantes disparités selon les massifs et les tailles de domaines skiables. Ainsi, quand les Alpes du Sud (moins impactées par le manque d’enneigement que d’autres massifs) affichent une hausse du nombre de journées-skieurs de 4 % par rapport à 2015-16 (mais tout de même de – 7 % par rapport à la moyenne des 4 derniers hivers), le Massif Central est à – 21 % / - 13 %, l’Isère et la Drôme à – 8% / - 15 % et la Haute-Savoie à -8 % / -10 %. La Savoie est de son côté stable par rapport à l’hiver dernier (et à seulement – 2 % / 4 derniers hivers). Un chiffre qu’elle doit aussi sans doute à sa plus grande concentration de « très grandes stations », lesquelles connaissent une fréquentation stable (par rapport à 2015-16 comme par rapport aux 4 derniers hivers), là où les « grandes » comme les « moyennes » sont à – 4 % / - 11 %, et les « petites » à + 3 % / - 9 %.

© Actumontagne

L’autre enseignement de cet hiver 2016-17 est le poids accru des vacances de février, qui ont représenté 36 % de la fréquentation globale de la saison (dont 20 % pour la quinzaine centrale), contre 33 % l’hiver dernier. Le retour à un calendrier scolaire « normal » - combiné à l’opération « Le Printemps du Ski » - a aussi dopé la fin de saison, le mois d’avril représentant 6,3 % du total des journées-skieurs (contre 4,8 % l’hiver dernier et 2 % il y a deux hivers). On est ainsi presque revenu au niveau d’avant 2010 (date à laquelle les vacances de printemps avaient été retardées, jusqu’en 2015), où les vacances de printemps concentraient  en moyenne 8 % de la fréquentation annuelle des domaines skiables français. En revanche, les vacances de Noël sont en recul, avec seulement 9 % de la fréquentation totale (10 % l’hiver dernier, 16 % en 2012-13 et 2013-14).

© Actumontagne

Enfin, la répartition de la vente de forfaits en fonction de la durée reste stable depuis plusieurs hivers. Les forfaits 6 à 7 jours représentent toujours 52 % du total en journées-skieurs, devant le forfait journée (18 %), le forfait saison (13 %), le 2 à 5 jours (10 %) et le demi-journée (7 %). Le nombre de passages aux remontées par journée-skieur s’élève à 10,3 en moyenne, en hausse de 1,7 % par rapport à l’hiver dernier et de 1,1 % par rapport aux 4 précédents hivers.

 

M.L.