Vous êtes ici

Les 13e Rencontres du cinéma de montagne élargissent leur horizon



Du 14 au 18 novembre, les mordus de la montagne ont renvez-vous au Summum pour les Rencontres du cinéma de montagne de Grenoble, 13e du nom. Une édition qui élargie sa focale et donne à voir des pratiques très diversifiées de la montagne avec des images de disciplines plus confidentielles que l’alpinisme ou l’escalade, comme la spéléo, le kayak freeride ou la highline. Les Rencontres 2011 officialisent également la création d’un fonds d’aide au cinéma de montagne, auquel le public peut participer. Le point avec Yves Exbrayat, directeur de la mission montagne à la ville de Grenoble, chef d’orchestre de ce festival, qui s’offre ce vendredi soir, une avant-première à Paris !

actumontagne.com : Ce soir, les Rencontres montent à la capitale. Un joli coup de promotion pour l’événement ?
Yves Exbrayat : Oui, sur les conseils d’Alternative Media, notre agence de presse et en collaboration avec Le Vieux Campeur et à Allibert Trekking, nous organisons une avant-première à Paris. Près de 400 personnes sont attendues dont une vingtaine de journalistes de la presse parisienne et nationale. Une aubaine pour les Rencontres car nous aurions eu beaucoup de mal à les faire venir à Grenoble lors de la manifestation, du 14 au 18 novembre prochain. Nous embarquons cet après-midi avec quelques partenaires, réalisateurs, protagonistes de films et journalistes grenoblois dans un bus affreté par les cars Faure pour rejoindre Paris et présenter une sélection des meilleurs films de la 13e édition, avant de revenir dans la nuit, à Grenoble.

actumontagne.com : Outre cette avant-première parisienne inédite, beaucoup d’autres nouveautés sont au menu de cette 13 édition ?
Y.E. : Nous avons envie de surprendre nos spectateurs, qui sont près de 3000 tous les soirs au Summum. Nous abandonnons le principe des soirées thématiques par grande discipline (alpinisme, escalade, ski ou vol libre), et ouvrons notre écran à des disciplines qui n’étaient pas présentes jusqu’ici aux Rencontres, comme la spéléo, le kayak freeride, la highline ou le jump-base. Au total, nous allons diffuser 29 films, des courts et des longs métrages, et parmi eux, une vingtaine d’avant-premières.

 


actumontagne.com : A voir votre programmation, on constate que la création dans le cinéma de montagne est boulimique et que ce dernier se porte bien. Pourtant les réalisateurs, dans l’ensemble, galèrent pour mener à bout leurs projets. Idem ensuite pour diffuser leurs films en dehors des seuls festivals spécialisés. Est-ce pour cela que vous avez lancé au printemps dernier le fonds d’aide au cinéma de montagne, le Fodacim, présidé par François Damilano, guide de haute montagne et réalisateur lui-même ?
Y.E. : Ce fonds de soutien qui associe sept acteurs*  a effectivement permis de donner un coup de pouce à huit films de la programmation 2011. Une aide financière mais aussi un accompagnement matériel et des conseils, dès leur écriture. C’est le cas par exemple du film Dans la dent, qui suit l’épopée en spéléo de quatre filles. Outre une aide de 5000 €, nous avons aussi participé à l’écriture de son scénario. Ce fonds va aussi faire appel au financement populaire. Les spectateurs des Rencontres mais plus généralement les amateurs de cinéma de montagne vont pouvoir eux aussi apporter leur contribution à la création cinématrographique de montagne et d’aventure. Les souscriptions du public seront possibles sur le site www.fodacim.fr dans quelques jours.
Propos recueillis par Sophie Chanaron

Les Rencontres du cinéma de montagne de Grenoble, au Summum. Entrée libre dans la limite des places disponibles. Projections à 19h30

* La ville de Grenoble et la Région Rhône-Alpes, Petzl, Le Vieux Campeur, Lafuma, la Banque populaire des Alpes, le Fédération française des clubs alpins et de montagne

Pour voir le teaser du festival et consulter le programme : http://www.cinema-montagne-grenoble.fr/