Vous êtes ici

Les JO de Grenoble, la plus grande mutation de l'Isère au XXe

CADS_campagne printemps2017_rubrique culture_verticale
Cérémonie d'ouverture © Lucien Sage

Du 6 février au 7 janvier de l'année 2019, le Musée dauphinois de Grenoble présente une grande exposition sur les jeux olympiques de Grenoble en 1968. Avec un zoom sur les exploits sportifs, bien sûr, mais aussi une évocation des transformations de l’Isère pour les JO.

“Les jeux olympiques de Grenoble ont provoqué la plus grande mutation d’Isère au XXe siècle, sur le plan de l’aménagement du territoire. Avec la construction de nombreux équipements sportifs, bien sûr, mais aussi de routes, de portions d’autoroutes, d’un aéroport…”, rappelle Olivier Cogne, le directeur du Musée dauphinois de Grenoble.
Cette mutation est l’un des angles principaux de l’exposition intitulée “Grenoble 1968, les jeux olympiques qui ont changé l’Isère”, proposée par le Musée dauphinois du 6 février 2018 au 7 janvier 2019, à l’occasion du cinquantenaire des JO. Même si, bien entendu, les exploits sportifs sont aussi évoqués, comme les trois médailles d’or en ski alpin de Jean-Claude Killy, ou la médaille d’or en slalom de Marielle Goitschel.

Revers de la médaille d'or de hochey sur glace avec le pictogramme de Roger Excoffon

Contexte et répercussions
L’expo replace les JO de Grenoble dans le contexte de l’époque, avec la guerre froide en toile de fond, et les mouvements sociaux en France. Elle présente aussi une rétrospective de l’histoire de l’olympisme depuis l’Antiquité. Avec un focus sur le père de la devise olympique, l’Isérois Henri Didon. Et un volet sur les répercussions de cet événement aujourd’hui : le patrimoine des JO demeure, et fait partie intégrante de l’identité iséroise.

Chantier du palais des sports, palais des glaces en 1968 © Service technique de la Ville de Grenoble
Concrètement, cette exposition met en scène de nombreux objets d’époque : mascotte des JO, médailles olympiques, buste de Didon, skis des athlètes… Et aussi des affiches, des documents, des photos (chantiers de Grenoble avant les JO, grands moments sportifs…).
Une expo ambitieuse donc, préparée depuis quatre ans par le Musée dauphinois, service culturel du Département de l’Isère. Elle fait appel aux collections du musée lui-même, à des prêts d’autres musées, et à des fonds privés, comme celui de Jack Lesage, photographe et réalisateur des JO de Grenoble.
À voir pour revivre ces grands moments, les analyser et les mettre en perspective.

Jeanne Palay
Musée dauphinois : Tél : 04 57 58 89 01

Un ouvrage édité par Glénat accompagne l'exposition