Vous êtes ici

4 questions à Marie-Paule Faugeras, co-fondatrice du nouveau refuge de Terre Rouge

Marie-Paule Faugeras, devant la belle terrasse du nouveau refuge de Terre Rouge à Valmeinier

Ce vendredi 26 mai, ouverture du nouveau refuge de Terre Rouge au fond de la vallée de Névache, sur la commune de Valmeinier. Eté comme l'hiver, il va permettre de boucler le tour du mont Thabor, tout en donnant accès à de nombreux autres itinéraires. A l'origine de sa création, Denis Noraz et Marie-Paule Faugeras. Pour cette ancienne enseignante, sa gardienne à plein temps, une nouvelle vie commence.

Actumontagne : L'ouverture de votre refuge de Terre Rouge, c'est l'aboutissement d'une formidable aventure ?
Marie-Paule Faugeras : Oui, une aventure qui a démarré en 2009 ! Avec Denis Noraz, un ami de toujours, entrepreneur dans le BTP à Valmeinier et moi enseignante, qui vient en vacances à Valmeinier depuis mon enfance, nous avons décidé à l'époque de créer un petit refuge, au pied de la pointe de Terre Rouge. Passionnés de randonnée, notre idée était de rendre accessibles de longues balades comme le mont Thabor (3178 m), car ici dans la vallée de Névache, il n'y avait rien. On s'est rapproché de l'association du tour du Thabor qui nous a confortés dans notre idée, un point de chute pour boucler le tour complet du Thabor faisant défaut du côté français. Au départ, notre projet consistait en un petit refuge d'une vingtaine de places. Mais l'agence touristique de Savoie, nous a dit qu'en dessous de 40 places ce n'était pas viable. Nous sommes donc partis sur un projet plus ambitieux et fait des dossiers pour décrocher des subventions. Nous avons réussi à en obtenir à hauteur de 80% du montant des travaux, estimés à plus d'un million. C'était la preuve que notre projet était bon. Le Conseil Départemental de la Savoie a apporté 50% de la somme, la Région 30%. La SCI Terre Rouge montée par Denis et moi, a financé les 20% restants.

Actumontagne : Le chantier a commencé à l'été 2012. Il a été difficile pour que vous ouvriez le refuge près de 5 ans plus tard ?
Marie-Paule Faugeras : Nous avions prévu d'ouvrir en 2014. C'était un peu optimiste car un chantier à 2182 mètres d'altitude, ce n'est pas forcément simple. Il s'agit d'une construction ex-nihilo, à côté d'un ancien refuge d'alpage que nous conservons, dans une zone Natura 2000. Nous avons voulu un bâtiment en pierre et lauzes du pays, bien dans le style local, autonome en énergies. L'entreprise de Denis a fait le gros oeuvre et nous avons fait travailler des artisans de Valmeinier pour tout le reste. Les travaux n'ont jamais pu commencer avant le mois de juin, en raison de la neige encore très présente en mai. J'ai suivi de très près le chantier en étant sur place du lundi au vendredi pour assurer les repas des équipes. J'ai fait tout l'aménagement intérieur avec l'aide du lycée professionnel Alpes Durance d'Embrun qui a fabriqué le mobilier.

Actumontagne : Gardienne de refuge, c'est une nouvelle vie pour vous ?
Marie-Paule Faugeras : Absolument ! Retraitée de l'enseignement, j'entame une deuxième vie ! Mais je ne suis pas seule. En cuisine, j'ai l'appui de Ludovic, qui est du métier -il est en plus pâtissier-, et en haute saison, une troisième personne rejoindra l'équipe. Nous faisons le choix de la restauration locale, en privilégiant les circuits courts. Nous ne servons pas les spécialités fromagères type tartiflette, fondue et autre raclette. Nous proposons des plats variés et nous sommes attentifs aux personnes végétariennes, véganes ou mangeant sans gluten. Cette année, pas d'animations particulières, mais nous y songeons pour la saison prochaine. Notamment une semaine de préparation au trail en juin. Les idées ne manquent pas.

Actumontagne : Quels itinéraires peut-on faire depuis le refuge, but de rando à part entière depuis Valmeinier (1h30 de marche facile) pour déguster un bon petit plat ou profiter de la quiétude des lieux ?
Marie-Paule Faugeras : Le refuge se positionne donc sur le circuit du mont Thabor dont il constitue désormais une cinquième porte d'entrée, avec ceux d'I Re Magi, Terzo Alpini, Thabor et Drayères. Terre Rouge est aussi un point de départ pour randonner en étoile vers la Pointe de Terre Rouge (4h), la Pointe du Château (2h30), le mont Thabor (4h) et de nombreux lacs.

Propos recueillis par Sophie Chanaron
Refuge de Terre Rouge, 40 places, 4 douches (chaudes !), 4 toilettes dont une adaptée aux personnes à mobilité réduite. Nuitée en demi-pension 49€ ; repas du soir seul 21€. Tél : 06 10 95 05 89