Vous êtes ici

La glisse en mode grand huit aux Sept-Laux

La luge sur rail fonctionne qu'il y ait de la neige ou pas ! ©Wiegand

Une luge sur rail investit les pentes des Sept-Laux, côté Pleynet. Ce nouvel équipement de loisir va faire le bonheur des familles, hiver comme été. Et apporter un nouveau souffle à la vallée du Haut-Bréda. Les explications de Gérard Cohard, maire de La Ferrière, président de Domaines Skiables Communautaires du Grésivaudan, l'établissement public gestionnaire des 7 Laux et du Collet d'Allevard, à partir de cette saison.

Actumontagne : Pourquoi aménager une luge sur rail au Pleynet ?
Gérard Cohard : Aujourd'hui, d'un point de vue économique, la vallée du Haut-Bréda est complètement dépendante de l'activité hivernale de la station. Or, avec les aléas climatiques, les socio-professionnels voient leur période d'exploitation se raccourcir d'année en année. La diversification des activités hivernales et le renforcement de la saison d'été, sont donc une nécessité. Actuellement, le chiffre d’affaires été de la station des 7Laux pèse 1,5 % de celui de l’hiver, qui les bonnes années, avoisine les 10 M€. Nous espérons que la luge quatre saisons permettent de faire grimper cette part de quelques pourcents. Ce nouvel équipement de loisir va apporter du dynamisme et générer des retombées économiques pour notre vallée en versant nord de Belledonne, certes préservée, mais sous-fréquentée. Tous les acteurs touristiques du Haut-Bréda, et pas seulement ceux du Pleynet, doivent s'emparer de cette réalisation.

Gérard Cohard ©Actumontagne

Actumontagne : Quel est le coût de cet équipement aménagé par la société crolloise Caratelli ?
Gérard Cohard : Il est de 2,2 millions d'euros environ, financé par un emprunt, porté par la Communauté de communes du Grésivaudan. Nous espérons une subvention de la Région au vote en janvier prochain. Lors du lancement du projet par le Sivom des 7Laux en 2016, ce dernier tablait sur 350 000€ environ. Le coût de ce nouvel aménagement reste largement inférieur à celui engagé pour un grand télésiège débrayable, mais il représente une opération financière significative et s'accompagne par ailleurs, de la modernisation et du renfort du réseau d'enneigement de culture sur le secteur du Pleynet. Il est indispensable de garantir le retour des skieurs. L'an dernier, celui-ci n'a pas pu être assuré en début de saison, ce qui a été très dommageable pour la station.

Actumontagne : Quelles clientèles cible cette luge ?
Gérard Cohard : Le public du Pleynet bien sûr, mais aussi en journée l'hiver, les skieurs en provenance des autres portes d'entrée de la station des 7 Laux, Prapoutel et Pipay. Nous espérons attirer la clientèle touristique du Collet d'Allevard en après-ski. Les deux stations, désormais gérées par l'établissement public Domaines Skiables Communautaires du Grésivaudan (DSCG), s'inscrivent dans la complémentarité de leur offre touristique. Des offres packagées autour de la luge, qui peut être privatisée, même hors saison, vont être proposées. Nous comptons par ailleurs sur la force de frappe de la Communauté de communes, autorité de tutelle, pour faire rayonner au-delà du Haut-Bréda, ce nouvel équipement de loisir. Les réseaux sociaux sont aussi un canal d'information privilégié.

Impressionnante vue d'en bas la vrille finale de la luge 4 Saisons du Pleynet ©Caratelli

Actumontagne : Que pensez-vous de son tracé ?
Gérard Cohard : Cette boucle de plus d’un kilomètre, aménagée en grande partie dans la forêt, dans laquelle, l’impact a été très limité avec seulement quelques arbres coupés à cette occasion, va proposer des sensations sans équivalent à la ronde ! Le temps de parcours dure entre 3 et 4 minutes suivant la vitesse des lugeurs. Celle-ci n'excède pas les 40 km /heure, ce qui est largement suffisant pour faire grimper l’adrénaline. Le circuit enchaîne virages, vagues, tunnel jusqu’à la vrille finale, à 360° et à 11 mètres du sol, l’un de ses passages les plus spectaculaires !  

Propos recueillis par Sophie Chanaron

Tarif : 7€  la descente pour 1 ou 2 personnes. Enfant à partir de 3 ans accompagné d’une personne de plus de 16 ans, en autonomie à partir de 8 ans.