Tout l’été, la cité haut-savoyarde propose un important programme de visites guidées de son patrimoine naturel et bâti. Celles sélectionnées sous l’intitulé Les Trésors cachés de Sallanches dévoilent les richesses méconnues ou insolites de la ville. Comme ses maisons fortes, vestiges de son statut d’ancienne châtellenie. A découvrir le 18 août prochain.

« A la période médiévale, de nombreux nobles avaient une résidence seigneuriale à Sallanches, dont les habitants s’étaient vus accordés des privilèges au tout début du XIVe sièce », explique Yves Borrel, guide du patrimoine à l’office de tourisme de Sallanches. La ville, qui dépend alors du Faucigny, prospère. Située sur un axe de communication majeur, elle devient une cité commerçante dynamique : foires, marchés, artisanat se développent.Elle comptera jusqu’à une quinzaine de maisons fortes, bâties par une vingtaine de familles nobles de cette province dépendante de la famille de Savoie.

Quatre maisons fortes à découvrir

Aujourd’hui, quatre d’entre elles sont encore visibles dans le paysage de la ville haut-savoyarde, dont l’histoire urbaine a été marquée par de nombreux incendies et inondations : le château Brêches, la tour de la Frasse, la tour de Disonche et le château des Rubins. Ces bâtisses font l’objet d’une visite organisée par l’office de tourisme et assurée par Yves Borrel, le 18 août prochain. « Les maisons fortes de Sallanches, à l’exception du château dit de Cordon, aujourd’hui simple ferme, n’avaient pas de rôle défensif. La ville, protégée naturellement par la rivière l’Arve, ne possédait pas de remparts », indique le guide du patrimoine. « Les quatre maisons fortes présentées lors de la visite étaient des résidences d’été, où les seigneurs venaient percevoir leurs redevances ».
La plus connue d’entre elles est bien sûr le château des Rubins, qui abrite actuellement le Centre de la nature montagnarde. « Construit au 14e siècle, il a servi au 16e siècle de résidence aux nobles De Loche, baillis du Faucigny. Ses façades massives sont égayées par de larges fenêtres à meneaux « Renaissance ». Sa tour carrée est surmontée d’une toiture à épis qui repose sur une crénelure. Sa porte ogivale, bardée de fer donne accès à un bel escalier à vis », détaille Yves Borrel dans sa présentation.

© CNM

Le château Brêches, qui domine la place de la Grenette, date vraisemblablement du 13e siècle. Ce bâtiment à l’origine carré et doté d’une tour ronde, fut en partie démantelé par les troupes françaises révolutionnaires, ses derniers propriétaires -les De Loche de Montagny- ayant combattu contre elles. Il a également été fortement endommagé par le fameux incendie de 1840, qui dévasta presque totalement la ville. Aujourd’hui, très remanié, il fait office de maison d’habitation.
La tour de la Frasse, élevée au 17e siècle et alors propriété du marquis de la Serraz, est dotée d’une tour octogonale. Elle fut successivement résidence seigneuriale, établissement scolaire et pensionnat de jeunes filles, et enfin bâtiment administratif d’un lycée professionnel. Elle appartient à la ville de Sallanches.
Enfin, la tour de Disonche, bâtiment carré à pignon pointu à deux épis, date du 13e siècle. Elle est restée pratiquement intacte depuis le 16e siècle. Possession à l’origine de la famille De Bellegarde, elle est aujourd’hui une propriété privée restaurée récemment par deux acquéreurs successifs. « Le dernier en date a le projet de la transformer en chambres d’hôtes et de construire dans le parc trois maisons luxueuses contemporaines », tient de bonne source Yves Borrel, incollable sur ce patrimoine qui a traversé le temps.

Les trésors cachés de Sallanches. Le 18 août à 10 h30 : Sallanches et ses maisons fortes. 1 heure environ. 6€, gratuit pour les -12 ans

- Advertisement -