Cet été, Gap s’affirme comme un haut lieu de l’art vivant en organisant sa première biennale de sculpture contemporaine dans les jardins du domaine de Charance. Une trentaine d’œuvres monumentales sont ainsi à découvrir aux détours de cet écrin de verdure, labellisé Jardin remarquable depuis 2005.

Adossé à la montagne et surplombant la vallée de la Durance, le domaine de Charance, propriété de la ville de Gap depuis 1973, est une ode à la nature. Siège de deux institutions emblématiques, le Parc national des Ecrins et le Conservatoire national de Gap Charance, il possède un parc de 220 hectares, paysagé et arboré. Dans cette enceinte de verdure et de fleurs, les jardins en terrasses sont particulièrement remarquables. Y prospèrent de nombreuses plantes, notamment les roses anciennes –dont la rose de Charance – les pommiers d’ornement, le lavandin, les daphnés et toutes sortes de graminés. Cet été, cette flore d’inspiration romantique a choisi de composer avec de jolies plantes de nature toute différente.
En effet, la ville de Gap, en partenariat avec l’association FG Fine Art,  utilise les jardins comme scène d’exposition pour les arts plastiques contemporains. Ainsi, jusqu’au 10 septembre, une trentaine d’œuvres monumentales réalisées par une douzaine d’artistes réputés (Bria Bari, Milthon, Fondacario…) investissent les lieux et surprennent les visiteurs au détour des allées. En parallèle, un atelier de découverte des techniques du bronze propose d’entrer dans les coulisses du monde de la sculpture. Le public peut voir à l’œuvre le fondeur Marc Massa.
Cette exposition, première du genre à Gap et dans les Haute-Alpes, témoigne de la volonté de la "capitale douce", d’accorder une place de choix à l’art contemporain dans sa programmation culturelle estivale qui compte déjà, dans le cadre d’A la croisée des artistes, du théâtre de rue, du cirque contemporain, de la musique classique et des musiques du monde.

S.C.

De 10 à 12 h et de 14 h à 18h30. Entrée libre. Visites guidées du jardin (4,70 €)

- Advertisement -