Prendre des cours de cuisine est un loisir en vogue. A Peisey-Vallandry et à Sainte-Foy-Tarentaise, grâce aux conseils de deux pros du palais, Bernard Lacca et Marie Mérie, vous pourrez mitonner, de bons petits plats à partir de la cueillette – avisée et raisonnée- de baies et plantes sauvages.
 
Comme l’écrit Yves Thonnérieux dans son ouvrage "Glaner dans les Alpes", paru en 2002 aux éditions Tétras, "la cueillette fait partie intégrante des activités humaines depuis l’apparition de notre espèce il y a trois millions d’années environ". La révolution industrielle, l’agriculture intensive ont pourtant eu raison de la glane, marginalisée et limitée à quelques espèces végétales : champignons, mûres, myrtilles et pissenlits.
Oubliés du grand public l’achillée, l’ail des ours, la bardane, le cresson des prés, le serpolet ou encore l’oxalis, pour ne citer que quelques unes des plantes sauvages comestibles poussant en montagne. Il aura fallu le médiatique Marc Veyrat pour que l’on redécouvre les saveurs des herbes et autres baies sauvages.
Surfant sur cette redécouverte et le plaisir retrouvé de la cueillette lors de randonnées, les offices de tourisme de Peisey-Vallandry et de Sainte-Foy-Tarentaise initient cet été des ateliers gourmands encadrés par des professionnels de la cuisine.

Montagnettes et gourmandises

A Peisey, l’OT a monté une semaine originale alliant les plaisirs de la balade en montagne et ceux de la bouche. Intitulée "Montagnettes et gourmandises", elle décline une multitude d’animations, gratuites, à travers lesquelles, les participants vont pouvoir découvrir la fabrication du beaufort d’alpage, converser avec un berger et partager un goûter à la ferme, visiter le musée de la pomme près de Bourg-Saint-Maurice et enfin participer à des ateliers gourmands, encadrés par Bernard Lacca, le traiteur du village. Il s’agira d’apprendre à élaborer des recettes sucrées et salées à partir des ingrédients glanés lors de balade-cueillette en montagne. Le chef aura à coeur de donner quelques conseils pour réussir ici une belle tarte aux myrtilles, là une tarte au beaufort. La semaine s’achève sur une soirée dégustation où tout le monde pourra venir savourer les différentes recettes élaborées dans une ambiance sympa.

Les recettes goûteuses de Marie

A Sainte-Foy-Tarentaise, c’est Marie Mérie, la cuisinière de Chez Mérie, qui va apprendre à élaborer soupes, gratins, tisanes et entremets à partir des "baies et herbasses" que chacun aura préalablement ramassées lors d’une randonnée avec Bruno, accompagnateur en montagne. "La cuisine des talus", comme elle la nomme, n’a pas de secret pour Marie. Comme sa mère et avant elle sa grand-mère, elle a toujours incorporé des plantes et des fleurs alpines dans sa cuisine : pissenlits, bourrache, ail des ours, capucines, pensées sauvages, violettes, thym sauvage, serpolet et autres airelles, viennent, suivant les saisons, relever ici un gigot, là une soupe aux orties ou encore une crème brûlée. «Il s’agira moins d’une leçon de cuisine que de trucs et astuces pour apprendre à travailler la flore qui nous entoure pour en extraire les arômes et les subtils parfums», souligne Marie Mérie, ravie à l’idée de faire partager aux néo-marmitons le plaisir qu’elle a à remettre au goût du jour des saveurs perdues.

Sophie Chanaron

Peisey : Montagnettes et gourmandises du 25 au 29 juillet et du 15 au 19 août. Animation gratuite, inscription à l’OT 04 79 07 94 28
Sainte-Foy : Rando cueillette + leçon de cuisine autour d’un goûter (22€), tous les lundis, à partir du 11 juillet. Renseignements et inscriptions à l’OT 04 79 06 95 19

Une cueillette responsable
La cueillette est une tolérance si elle ne dépasse pas la consommation domestique car selon le code pénal, les produits appartiennent au propriétaire du sol. De même, il s’agit de cueillir avec parcimonie les différentes espèces, et surtout de les couper et non les déraciner pour qu’elles repoussent. Nous vous recommandons un ouvrage très complet sur le sujet, "Glaner dans les Alpes" d’Yves Thonnérieux Tétras Editions. Sorti en 2002, il vient tout juste d’être réédité (20€).
Photo livre (si place)

Ils livrent aussi leurs secrets
René et Maxime Meilleur de La Bouitte (une étoile au Guide Michelin) et Jean Sulpice et Magali Morel de L’Oxalys, respectivement installés à Saint-Martin-de-Belleville et à Val Thorens invitent les apprentis cuisiniers à venir apprendre auprès d’eux les petits plus qui font la grande cuisine. Pour cela, les deux établissements ont contacté différentes formules comprenant l’hébergement sur place ou non et les stages culinaires. Elles peuvent paraître cher au premier abord mais s’inscrivent tout à fait dans la moyenne du marché eu égard à la notoriété de ces deux tables (174 € par jour à La Bouitte et 230 € la semaine à L’Oxalys, les deux hors hébergement).

- Advertisement -