20 ans déjà que les Jeux olympiques ont enflammé Albertville et la Savoie. La soirée anniversaire, qui coïncidait avec la date de la fameuse cérémonie d’ouverture du 8 février 1992, a montré que le souvenir de cet événement, qui a duré deux semaines sur le plan sportif, était toujours vivace. Et pour cause, ces seize jours de fête ont a jamais changé l’histoire de la ville et plus largement celle de la Savoie.

Ils étaient 2700 jeudi 8 février à venir souffler les bougies du 20e anniversaire des JO d’Albertville.  Blousons de volontaire par ci, parka gris métallisé des membres du Cojo (Comité d’organisation des  Jeux olympiques) par là, l’assemblée était composée à l’évidence de nombreuses personnes ayant vécu l’événement deux décennies auparavant. Les JO d’Albertville avaient mobilisé à l’époque plus de 8000 bénévoles, sans lesquels, comme l’a rappelé Michel Barnier, l’un des deux héros de ces olympiades avec Jean-Claude Killy, ils n’auraient pu avoir lieu. Beaucoup d’entre eux sont donc venus, à l’invitation de la ville d’Albertville, revivre les moments forts de la quinzaine, mais aussi se repaître de l’incroyable aventure, entamée en 1981, à l’instigation du duo magique, formé par l’ancien triple champion olympique de Grenoble et l’ex-député de la Savoie. Ils étaient bien évidemment tous les deux là, radieux dans leur fameux KWay argenté,  rehaussé de touches de couleurs olympiques. A peine changés depuis cette incroyable cérémonie d’ouverture du 8 février 1992, restée dans toutes les mémoires. « C’était Jean-Jacques Annaud qui devait réaliser cette cérémonie mais le coût ne passait pas », a rappelé Jean-Claude Killy sur scène. « Je ne sais plus sur les indications de qui nous sommes allés voir le spectacle d’un jeune metteur en scène inconnu appelé Philippe Découflé, mais ce que nous avons vu ce soir-là, nous a tellement bluffé, qu’on s’est dit qu’il fallait prendre le risque, tant la gestuelle était novatrice, moderne ». On saura dès le jour j que l’audace des deux co-présidents du COJO a payé et qu’en matière de coup d’envoi des Jeux, il y aurait un avant Albertville et un après. 

Les athlètes aux lendemains qui chantent
Après le duo vedette, les félicitations de Jacques Rogge, le président du CIO et l’hommage de Philippe  Masure, maire d’Albertville, ce sont les athlètes qui ont évoqué, avec émotion, leurs souvenirs de la quinzaine : Edgar Grospiron et sa médaille d’or programmée et décrochée dans la toute nouvelle  discipline admise aux jeux, le ski de bosses, Fabrice Guy, médaillé d’or en combiné nordique, Corinne  Niogret, l’une des trois filles du relais en or en biathlon ou encore Franck Piccard, champion olympique à Calgary quatre ans plus tôt et qui offre, avec sa 2e place en descente, sa première médaille à la France. Des athlètes pour qui, ces JO ont été un formidable tremplin pour leur reconversion mais aussi leur vie d’hommes et de femmes.

Cet anniversaire a été bien sûr l’occasion de rappeler combien ces jeux avaient permis à la Savoie, et notamment la Tarentaise, vallée enclavée et asphyxiée par les voitures aux périodes des vacances d’hiver, de connaître un élan économique accéléré. Un bond de 20 ans en matière d’infrastructures routières et ferroviaire avec l’arrivée du TGV jusqu’à Bourg-Saint-Maurice, mettant Londres à 10 heures de la cité de Haute-Tarentaise.

Albertville, sous-préfecture, profite bien entendu des 12 milliards d’investissements liés aux jeux, notamment en matière d’édifices publiques. Le plus emblématique d’entre eux, le centre culturel du Dôme, labellisé aujourd’hui scène régionale, est un outil de démocratisation de la culture clé dans cette partie du territoire savoyard. Mais l’héritage n’est pas que matériel. L’organisation des JO a permis à la ville de développer des compétences dans l’organisation d’événements et leur accueil, avec la mobilisation des volontaires albertvillois de 92. La ville compte d’ailleurs s’inspirer de l’élan collectif de 1992 pour construire son avenir et développer les atouts de son territoire.
Le 8 février 2012, Albertville a donné le coup d’envoi des festivités autour du 20e anniversaire. Les 13 sites olympiques fêtent eux aussi cet événement qui a changé leur vie, les propulsant sous les yeux du monde entier et faisant de Savoie Mont-Blanc, la première destination touristique mondiale pour les sports d’hiver.

Sophie Chanaron
www.brides-les-bains.com
 www.pralognan.com
www.lesarcs.com
 www.moutiers.com
 www.lessaisies.com

 

- Advertisement -