Avec la restauration du corps du logis de l’ancien château de Montmayeur, Aime poursuit la mise en valeur de son abondant patrimoine architectural et se dote d’un nouvel écrin prestigieux. Dès cet été, plusieurs expositions temporaires s’y installent, chacune dévoilant différentes facettes de la Savoie.

Après la réhabilitation de la tour Montmayeur en 2000, la commune d’Aime vient d’achever la restauration d’une partie du corps du logis attenant, redonnant ainsi à l’ancien château des Montmayeur, puissants féodaux qui jouèrent un rôle clé dans l’histoire de la Savoie, sa dignité perdue.

Datant probablement du 15e siècle, l’édifice, reliée au donjon carré de plus de 9 m par un escalier à vis, s’articule sur trois niveaux : les caves, la pièce principale au premier étage et le grenier. Pour l’instant, seules les caves et la pièce principale du logis ont été rénovées, le grenier entrant dans la dernière tranche des travaux, programmée pour 2006.
La salle principale du bâtiment se caractérise par des volumes majestueux et surtout, par un splendide plafond à la française, restauré dans les règles de l’art. Elle était toute désignée pour abriter les expositions temporaires que programme la ville durant l’été. «Jusqu’à présent, nos expositions estivales prenaient place dans la basilique Saint-Martin", explique Muriel Bouvier-Théate, directrice de l’OT – lui aussi rinstallé dans un bâtiment tout neuf- et guide du patrimoine. Désormais, sauf exception, les expositions temporaires vont élire domicile au corps du logis. Pour cet été 2005, la directrice de l’office a sélectionné trois expositions qui montrent la Savoie sous des angles très différents.

 

Ainsi, du 1er au 31 juillet, La Savoie d’André Kertész privilégie l’angle social à travers le travail documentaire du grand photographe d’origine hongroise. Conçue par Pascal Lemaître et coréalisée par l’espace Malraux de Chambéry et la Facim, cette expo décline quelque 80 photos noir et blanc, prises dans les années 30 à Notre-Dame-du-Pré, à quelques kilomètres d’Aime. En août, le public va pouvoir découvrir Les royales épouses de la Maison de Savoie depuis Adelaïde de Suse jusqu’à Clotilde Coureau, une exposition réalisée par l’association Merveilles savoyardes.
En juillet et en août, les caves de l’édifice vont retrouver ce qui était sans doute leur vocation première : stocker et conserver le vin. Intitulée Hypocras, du nom d’un vin médiéval, cette exposition fait la part belle aux vins de Savoie, depuis les origines à nos jours.

Une boutique de musée
Grâce à l’espace gagné par l’ouverture du corps du logis à la visite et aux expositions, l’OT a aménagé une boutique qui propose un assortiment d’objets et d’ouvrages se rapportant au patrimoine historique de la ville d’Aime.

*Dans le cadre de cette exposition, la Fontaine de Siloé édite un magnifique ouvrage de Jean et Renée Nicolas et Pascal Lemaître sur le sujet 30€

 

- Advertisement -