Crise sanitaire oblige, les organisateurs du festival de spectacles vivants jeune public du Grand-Bornand ont réduit la voilure de la 29e édition, du 23 au 27 août prochain. Indispensable pour maintenir « l’Avignon des enfants », annulé l’an dernier. « Une édition poids plume, mais qui va chatouiller », promet l’équipe d’Au Bonheur des Mômes, parlant d’édition « désarticulée », clin d’œil à la situation qui fait exploser les formats, mais aussi clin d’œil au thème de l’année, celui de l’art de la marionnette.

Alors que d’habitude une centaine de compagnies participent à cette vitrine de la nouvelle scène jeune public internationale, seules 35 seront présentes cet été dans la station des Aravis. Elles proposeront 100 représentations contre 450 en année normale. Réduction aussi du nombre de scènes : huit au lieu de près de 30 en format habituel avec des jauges adaptées aux règles en vigueur en août.

Mais qu’importe la quantité, c’est l’intensité qui compte. L’émerveillement assuré. Surtout après des mois de privations de mouvement et de sorties culturelles ! Le festival revient à ses fondamentaux, avec une programmation 100% spectacle vivant, beaucoup d’envie et d’audace, sa marque de fabrique. Les enfants, comme les parents, mais aussi les artistes, particulièrement éprouvés depuis plus d’un an par ce satané virus, applaudissent !

©Gilles Piel

- Advertisement -