De Nord en Sud est une nouvelle manifestation initiée par les acteurs culturels du Pays du Sud-Grésivaudan, territoire situé au pied du massif du Vercors, entre Grenoble et Valence. Cette biennale démarre avec le Sénégal. Au programme, expos, spectacles, concerts, ateliers dès le mois de juin, essentiellement gratuits.

"Non, De Nord en Sud n’est pas un festival de plus en Isère!", affirme Yves Pillet, maire de Pont-en-Royans et président de la communauté de communes de la Bourne à l’Isère, à l’initiative de ces rencontres culturelles entre le Pays du Sud-Grésivaudan et le Sénégal,. "Nous avons planché pendant deux ans pour élaborer une manifestation culturelle biennale qui soit collective et fédératrice, et surtout s’inscrive sur la durée". Pour ses promoteurs, élus, acteurs culturels et associations, ce nouvel événement a aussi pour vocation de faire parler du Pays du Sud-Grésivaudan, autrement que par le biais de ses seules stars agricoles, la noix de Grenoble et le Saint-Marcellin ! "Pour cette première édition, si nous avons choisi de travailler avec le Sénégal, c’est évidemment parce que l’Isère et le Pays entretiennent déjà des relations privilégiées avec celui-ci, mais aussi parce qu’échanger avec un autre pays, cela ouvre incontestablement l’horizon et l’esprit", indique encore celui qui préside le Parc régional du Vercors.

Allers-retours entre les deux cultures
Sous la houlette de Sylvie Sachdeva, chargée de mission culturelle au Pays du Sud-Grésivaudan, un programme dense et écléctique a été monté avec les différents acteurs culturels et associations des deux parties. Impossible ici de dérouler le calendrier complet des festivités, expositions, spectacles et autres ateliers de création à l’affiche. La soirée d’ouverture de Nord en Sud, fixée au 27 juin, devrait néanmoins donner le ton de cette manifestation ambitieuse. "Elle reflète l’esprit de toute la biennale", souligne Sylvie Sachdeva. "Elle propose des allers-retours artistiques entre les deux cultures autour d’artistes sénégalais comme Bouba Landrille, figure de la danse hip-hop mais aussi de la capoeira, ou le Kora Jazz Trio, formation réputée, qui mélange la tradition musicale mandingue et le jazz". A ne pas rater, l’exposition du 28 juin au 17 septembre, réunissant plusieurs jeunes artistes sénégalais prometteurs, à la Halle de Pont-en-Royans et au Grand Séchoir à Vinay. Ces artistes ont été sélectionnés en partenariat avec la Biennale d’art contemporain de Dakar. Plusieurs artistes, musiciens, danseurs ou encore sculpteurs, sont aussi en résidence dans le Pays. Parmi eux, le sculpteur-plasticien Gabriel Kenzo Malou, qui va animer des ateliers de création pour enfants et adultes, du 16 juin au 24 juillet. Didier Adawi, rappeur sénégalais, animera lui aussi des ateliers début juillet et en octobre avec des jeunes du territoire et des Mureaux (78). Autre expo méritant le détour, celle consacrée aux tirailleurs sénégalais au Grand Séchoir, du 5 juillet au 5 septembre. Les photographies de Philippe Guinoie et l’installation sonore ravivent la mémoire de ces combattants de l’ombre, souvent oubliés. Autre suggestion, dans le cadre des Fermades du Vercors, représentation le 9 juillet à Presles, du spectacle Maki, créé par un collectif d’artistes isérois et sénégalais. Pour résumer, une programmation de haute volée, avec des artistes africains qui s’inscrivent dans la création contemporaine la plus cotée. On est loin du folklore !
Sophie Chanaron

Photo : Yves Pillet, entouré d’Isabelle Herbreteau, chargée de mission tourisme au Syndicat mixte du Pays du Grésivaudan, Sylvie Sachdeva, coordinatrice de la biennale Nord en Sud,  Alexandra Socquet de l’association La 5e Saison-ACCR et Sandrine Martinet, directrice de La Halle.

Pour en savoir plus www.sud-gresivaudan.org

 

- Advertisement -