Pralognan-la-Vanoise accueille du 4 au 8 janvier 2005, la seconde édition des Déferlantes francophones hivernales, toute auréolée du succès de la première qui a enregistré l’an dernier 6000 entrées. Eclectisme, diversité et convivialité restent la marque de ce festival, véritable lien entre la station et la culture francophone nord-américaine et européenne. Jusqu’au 20 décembre, une place pour deux à gagner chaque jour en appelant au [u]04 38 92 02 09[/u]. Avec les Derferlantes francophones hivernales, petites soeurs des Derferlantes francophones estivales de Capbreton de 6 ans leur aînée, Pralognan-la-Vanoise a trouvé un événement qui lui ressemble. Et qui la distingue encore davantage de ses prestigieuses voisines. Alors que la clientèle de ces dernières est majoritairement internationale et à prédominance anglophone, celle de la station tarine est principalement française et francophone. "La francophonie fait partie des caractéristiques qualitatives de notre clientèle au même titre que l’amour de la nature, le respect de l’environnement, la défense d’une certaine qualité de vie", constate Patrick Medhi, directeur de la station. Pour lui, la transposition à la montagne et notamment à Pralognan du festival francophone landais était donc tout à fait légitime. Qu’il n’y ait pas de méprise, cet événement ne s’inscrit absolument pas dans un quelconque repli " franchouillard" ni arrière-pensées xénophobes. Il s’agit bien d’un rassemblement pluridisciplinaire autour de valeurs culturelles communes dans un esprit de fête, de communion et non d’exclusion. Ce positionnement a d’emblée séduit. " Nous avons enregistré 6000 entrées sur les quatre jours", se félicite Patrick Medhi, notamment ravi de la forte adhésion des habitants de Pralognan. "Ce n’est pas toujours évident en station d’intéresser les locaux aux manifestations, car elles s’adressent souvent aux vacanciers mais avec les Déferlantes, nous avons réussi à rassembler à la fois les touristes, la population locale et les professionnels du spectacle. Si en 2004, les Derferlantes hivernales ont fait la part belle aux cultures francophones nord-américaines, dans la tradition de Capbreton, l’édition 2005 s’ouvre à d’autres terres francophones. "le festival reste celui de la francophonie nord-américaine mais la station de Pralognan attirant un large public de francophones européens, il nous a semblé juste de le prendre en compte dans la programmation. D’où un clin d’oeil à la Belgique d’où sont originaires nos premiers clients étrangers avec la venue du groupe Sttellla". Fidèle aux principes du festival, la programmation s’applique à doser artistes "haut-de-gamme" et artistes plus grand public. Enfin, autre constante, les rencontres se poursuivent au-delà de la scène avec des boeufs d’après concerts et des discussions animées au bowling. Et cela jusqu’au bout de la nuit. Sophie Chanaron

 
Demandez le programme ! 5 janvier: Sttellla (Belgique) et Fred Pellerin (Québec) 6 janvier: Marie-Jo Thério (Nouveau-Brunwick) et Florent Vollant (Québec) 7 janvier: Thomas Hellman (Québec) et Patrick Verbeke (Monsieur Blues de la chanson française) 8 janvier: Vishtèn (Île-du-Prince- Edouard) et Suroît (Acadie) Expositions: "Une île à la mer" sur St-Pierre-et-Miquelon, un truc assez original et "regards croisés de deux photographes sur l’Acadie" (l’un belge, l’autre acadien) Cycles de films: avec la Délégation générale du Québec L’After: Les boeufs au prélude Olympique (jusqu’au bout de la nuit)