Grande première pour le festival baroque de Tarentaise, 23 ans cette année ! L’association Musique et patrimoine en Tarentaise, qui en est l’organisatrice depuis 1993, a tenu une inédite conférence de presse pour présenter l’édition 2014. « Hervé Gaymard me proposait depuis plusieurs années les salons du Conseil général de la Savoie au Château des ducs de Savoie à Chambéry pour organiser une conférence de presse », explique Josette-Elise Tatin, la présidente de l’association. »Je n’avais encore jamais saisi cette opportunité, et avec Jean-Luc Hyvoz, le vice-président de l’association, en charge de la programmation du festival, nous nous sommes dit qu’il était temps d’accomplir cet exercice, pour donner davantage d’audience médiatique à notre festival ».
Les organisateurs avaient donc convié la presse, mais aussi les nombreux mécènes du festival (Conseil général, Conseil régional, communes hôtes des concerts et la Caisse d’Epargne Rhône-Alpes), les offices du tourisme, indispensables relais vers le public, ainsi que deux musiciens du trio les Timbres. La violoniste Yoko Kawakubo et le claveciniste Julien Wolfs ont ainsi ponctué la séance par de jolies respirations musicales. Dans le cadre très approprié des salons du château des Ducs de Savoie, ils ont donné un avant-goût jubilatoire de leurs deux concerts du prochain festival. « Un festival qui, en deux décennies, a su démocratiser la musique baroque et ravir les habitants de la Tarentaise autant que ses vacanciers », rappelle Josette-Elise Tatin.

Hommage à Jean-Philippe Rameau

L’édition 2014 comptera 14 concerts dans 11 programmes différents, du 1er au 14 août prochain, auxquels s’ajoute un concert d’ouverture à Conflans (Albertville), le 5 juin prochain, avec les solistes du Concert d’Astrée, la formation dirigée par la célèbre chef Emmanuelle Haïm.
Les temps forts : trois programmes créés spécialement pour le festival, un concert sur l’orgue historique de la Perrière, restauré l’année dernière et la célébration de trois compositeurs qui servent de fil rouge à la programmation avec sept concerts qui leur sont dédiés. « Jean-Philippe Rameau, l’un des plus grands génies musicaux de la civilisation occidentale, dont on célèbre cette année, partout en France, l’anniversaire de la mort en 1764, Jean-Marie Leclair, son contemporain, lyonnais d’origine, aujourd’hui largement oublié, mais dont la musique instrumentale mérite d’être redécouverte, et enfin, Carl-Philip-Emmanuel Bach, l’un des fils de Jean-Sébastien Bach, disparu en 1788 et célèbre de son vivant. Ce compositeur a jeté les ponts entre le baroque et le classicisme, voire la musique romantique », souligne Jean-Luc Hivoz.

Tremplin pour la génération montante des interprètes
Côté interprétation, le festival ne déroge pas à sa règle de servir de tremplin aux jeunes artistes. « Nous avons quelques têtes d’affiche, mais surtout nous mettons en avant la génération montante, issue des meilleurs conservatoires d’Europe. Le trio Les Timbres en est un exemple, venu une première fois au festival il y a quelques années, et qui vient d’enregistrer son premier CD dédié aux Pièces de clavecin en concert de Rameau », précise Jean-Luc Hyvoz, ajoutant que le festival mise aussi toujours sur le rapprochement entre les cultures. Pour preuve, ce concert du 1er août à Moûtiers, mariant musique européenne et musiques d’Orient, proposé par l’ensemble stéphanois de musique ancienne Canticum Novum d’Emmanuel Bardon, accompagné entre autres par le musicien afghan Khaled Arman, collaborateur régulier de grands artistes du baroque.

Sophie Chanaron

©actumontagne

 

- Advertisement -