Les montagnes d’ici et d’ailleurs se retrouvent à l’écran du festival du film de montagne d’Autrans, du 30 novembre au 4 décembre, avec des courts et des longs métrages, des avant-premières, et un festival off des sports extrêmes.

Le cinéma et la montagne, une grande histoire d’amour célébrée tous les ans par Autrans depuis 1983. Cette vingt-deuxième édition devrait être à la hauteur des précédentes, avec de nombreux films en compétition, dans les trois catégories : documentaires, fictions et premières réalisations. Parmi les avant-premières projetées, Brokeback Mountain d’Ang Lee, lion d’or à Venise cette année. Hors compétition, le festival vous propose de revoir un chef-d’œuvre du cinéma : Stromboli, de Rossellini, avec Ingrid Bergman.  Dernier né à Autrans, le festival off des sports extrêmes, les Bobines de l’extrême, met en scène des disciplines comme le freeride, le freestyle, le kitesurf ou le base-jump version adrénaline. 46 films sous les yeux attentifs des deux parrains, le triathlète Cyril Neveu et le rider Manu Gaidet.

Le festival off prend de l’ampleur. Au programme des films et des démos de disciplines extrêmes

En marge des projections, des animations sont organisées sur le thème Mer et montagne, avec un grand débat où des alpinistes et des navigateurs viendront échanger leurs expériences, peut-être pas si éloignées que cela… Autre débat au programme : la médecine d’expédition et ses dérives. L’association Expéditions, médecine et éthique exposera ses buts : lutter contre le dopage et les pratiques d’automédication, très dangereuses en haute altitude.
Et  aussi une rencontre littéraire avec l’écrivain Pierre Péju… Difficile de résumer tout ce qui va se passer à Autrans pendant ce festival. Une seule solution : venir voir !
Jeanne Palay
OT: 04 76 95 30 70.
www.festival-autrans.com

Ils ont dit…

Mireille Chiocca, directrice du festival international du film d’Autrans et présidente de l’Alliance internationale pour le cinéma de montagne  : «Nous avons constaté qu’il n’y avait presque plus de publicités qui mettent en scène la montagne… d’où notre décision de passer à autre chose et de créer une section premier film».

Guy Chaumereuil, président de la Fédération des clubs alpins et de montagne, coorganisateur du festival : «La montagne est porteuse de valeurs modernes : l’autonomie, la responsabilité, la solidarité, l’environnement. Elle a des choses à dire sur les problèmes de société d’aujourd’hui».

Pierre Ostian, secrétaire général du festival : "Il y a de plus en plus de films réalisés avec de petits moyens grâce au numérique. C’est bien. Mais il est bon d’avoir acquis un minimum de langage cinématographique».