En 2013, Moûtiers célèbre un double anniversaire : les 120 ans de sa gare et les 100 ans de la ligne ferrovière Moûtiers-Bourg-Saint-Maurice, des infrastructures qui témoignent que la ville, tremplin vers les plus grands domaines skiables de la planète, a toujours misé sur les communications.

Plus d’un million de passagers transitent chaque hiver par la gare de Moûtiers, d’où ils partent ensuite par bus ou taxi rejoindre les stations des 3 Vallées, Valmorel, Pralognan-en-Vanoise… Le ballet des TGV, Eurostars et autres Thalys ne laisse pas deviner combien l’arrivée du train fut ici laborieuse ! Car si les premières locomotives à vapeur stoppent à Albertville en 1879, il faudra attendre encore vingt-deux ans pour qu’elles poursuivent leur route jusqu’à Moûtiers. Manque de moyens et de volonté au plus haut niveau, faillite du premier concessionnaire, la Société Générale de Tarentaise, difficultés techniques en raison du relief… Et pourtant, le potentiel de la ligne est très tôt reconnu. La SGT l’évoque dès 1872 : « Pour les habitants des vallées, la section d’Albertville – Moûtiers, c’est l’avenir ouvert, c’est la vie, c’est la possibilité d’exploiter fructueusement les incalculables richesses minérales de toutes sortes que recèlent dans leurs vastes flancs ces montagnes géantes dont les sommets sont couverts de glaces éternelles, tandis que leurs vallées et leurs coteaux disparaissent sous les fleurs et les fruits ”. La puissante Compagnie des chemins de fer Paris-Lyon-Méditerranée (PLM) avait manifesté dès le départ son intérêt pour cette liaison. Après les revers de fortune de sa concurrente, elle se voit donc accorder la concession de la ligne qu’elle va achever aux forceps, avec un tunnel de 1500 m à réaliser pour relier Aigueblanche à Moûtiers. Il faudra vingt-trois mois de travaux et 450 ouvriers pour le construire. Le 3 août 1892, la première locomotive traverse enfin le tunnel en direction de la gare de Moûtiers, qui, elle sera inaugurée presque un an plus tard, le 11 juin 1893.


La gare de Moûtiers dans les années 30

Un impressionnant tunnel hélicoïdal
Pendant vingt ans, la gare de Moûtiers fait office de terminus de la ligne, avant de céder sa place à celle de Bourg-Saint-Maurice, où les premiers trains arrivent en 1913. Non sans mal, là encore. La ligne de Haute-Tarentaise offre en effet des pentes qui posent problème aux machines à vapeur de l’époque. D’où la construction à la sortie de Moûtiers, d’un impressionnant tunnel ferroviaire hélicoïdal, dit de la Boucle, permettant aux trains de passer en douceur, de l’altitude 480 à 520 m. Un chantier qui a duré trois ans et demi ! Même si elle a perdu son titre de terminus, la gare de Moûtiers draine sans cesse plus de monde, avec l’essor du tourisme estival et du thermalisme, puis des sports d’hiver. En 1956, 4000 voyageurs débarquent la veille de Noël, et aujourd’hui plus d’un million y descendent l’hiver. Alors il a fallu l’agrandir et la moderniser à plusieurs reprises, et notamment pour les JO d’Albertville en 1992. Mais aujourd’hui encore on retrouve les grandes lignes du bâtiment originel, surmonté de sa fameuse horloge, toujours à l’heure exacte !

Moûtiers fête cette année celle qui est l’un de ses points névralgiques, avec une grande exposition durant l’été. Son concours photo annuel est également consacré au sujet ferroviaire. Vous avez jusqu’au vendredi 7 septembre pour plancher et saisir les éléments pouvant composer les images : trains, voitures, bus, gare, mais aussi voyageurs. Une seule condition que les clichés soient bien pris à Moûtiers !
Sophie Chanaron

- Advertisement -