La réputation de L’Alpe-d’Huez vient de son domaine skiable bien sûr, mais aussi de son église, qui abrite des vitraux signés Arcabas et un orgue unique au monde. Découverte de ce haut lieu spirituel et culturel dont le musée d’Huez et d’Oisans effectue la visite guidée tous les mardis. L’architecture surprend, ne ressemblant en rien à un édifice roman ou gothique ! Normal, l’église de L’Alpe-d’Huez est l’une des rares construites au XXe siècle. Inaugurée en 1969, Notre-Dame-des-Neiges possède une histoire bien particulière. La station démarre en 1936, et une chapelle en bois apparaît dès 1940. Mais avec le succès des sports d’hiver, elle devient vite trop petite et il est décidé d’en bâtir une autre. Le père Jaap Reuten, un prêtre d’origine hollandaise à forte personnalité, est considéré comme le fondateur de cet édifice. Pour cela, il crée l’association Notre-Dame-des-Neiges, qui réussit à trouver les fonds nécessaires, essentiellement grâce aux dons des paroissiens et de nombreux bienfaiteurs. Cette association est toujours propriétaire et gestionnaire de l’église. La réalisation est confiée à l’architecte Jean Marol, qui explique l’aspect original de Notre-Dame-des-Neiges par un symbole : Dieu a planté sa tente à L’Alpe-d’Huez, comme Abraham a planté la sienne dans le désert. Cela donne donc la forme souple et arrondie du toit. Le père Jaap Reuten a choisi d’en faire non seulement un lieu accueillant tous les cultes, mais aussi un centre culturel. Et cette vocation est toujours d’actualité. Un puits de lumière et de musique Autre originalité, on entre dans l’église derrière le chœur. On franchit dans la pénombre une longue entrée avant de déboucher dans un puits de lumière, au centre (ce puits correspond au mât de la tente). L’assemblée est assise en rond, comme autour d’un feu de camp. Sous le puits de lumière jaillit un orgue unique au monde, réalisé en 1978, qui représente une main dressée vers le ciel (la main de Dieu ?). Dans les doigts de cette main sont logés les tuyaux de l’orgue. Construit selon les principes de la mécanique traditionnelle, cet orgue bénéficie aussi des perfectionnements de la technologie moderne. Il permet donc l’interprétation de tous les répertoires, depuis la musique baroque jusqu’aux œuvres contemporaines, et des organistes du monde entier viennent apprécier son acoustique exceptionnelle. Des concerts sont d’ailleurs proposés tous les jeudis soirs en saison. Mais ce qui donne son atmosphère particulière à l’église de L’Alpe-d’Huez, outre sa forme et sa source de lumière, ce sont aussi les vitraux d’Arcabas. L’artiste — qui a conçu l’ensemble d’art sacré de l’église de Saint-Hugues-de-Chartreuse — a réalisé à Notre-Dame-des-Neiges un travail tout aussi impressionnant, même s’il est moins connu. Douze vitraux, disposés en arc de cercle sur un linéaire de 60 mètres, illustrent différents épisodes de l’évangile, avec des représentations à la fois figuratives et abstraites. Le treizième, inauguré en décembre 2002, est situé au-dessus de la porte d’entrée. Intitulé Alpha et Oméga, il évoque le commencement et la fin de toute vie. Chacun de ces vitraux fait appel à des couleurs éclatantes qui illuminent toute l’église. Ils ont été réalisés entre 1990 et 2002, au fur et à mesure des financements rassemblés par l’association Notre-Dame-des-Neiges. Aujourd’hui achevée, l’église de L’Alpe-d’Huez représente un haut lieu spirituel et culturel, conçu dans une logique d’art contemporain non hermétique, mais au contraire accessible à la sensibilité de chacun. Jeanne Palay

 
Note : Des visites gratuites de cette église sont organisées par le musée d’Huez et de l’Oisans. Tél musée : 04 76 11 21 74.