Du 6 au 10 novembre prochain, édition anniversaire pour les Rencontres Ciné Montagne à Grenoble. C’est en effet la vingtième du nom ! Nées en 1999, elles sont devenues au fil des ans le plus grand événement grand public du genre en Europe.

L’an dernier, avec 21 420 entrées (+47% versus 2016), elles ont quasi retrouvé leur niveau de fréquentation de l’époque où leur accès était gratuit. Car effectivement, depuis trois ans et un changement de lieu (le Palais des Sports à la place du Summum), les Rencontres sont passées à une formule payante. Un moyen pour mieux maîtriser l’afflux de spectateurs. Il en est resté tout de même 300 à la porte l’an dernier sur une soirée, mais cela contribue à sa notoriété ! « Nous voulions que les recettes de cet événement culturel financent le programme Jeunes en montagne », rappelle Pierre Mériaux, conseiller municipal délégué au tourisme et à la montagne de la ville de Grenoble. « Ce programme pédagogique s’inscrit dans le cadre de notre politique de la ville visant à rendre la montagne accessible au plus grand nombre de Grenoblois, et en particulier aux jeunes. En 2018, plus de 400 d’entre eux, encadrés par des professionnels, ont pu expérimenter la haute altitude. Jeunes en montagne totalise quelque 2500 journées au grand air pour les jeunes Grenoblois », précise l’élu pour qui les Rencontres Ciné Montagne sont une belle vitrine de la diversité de la montagne et de ses pratiques, accessible à tous et pas seulement aux initiés. D’où plusieurs rendez-vous gratuits pour les enfants en après-midi, une programmation grand public, un volet artistique…


Les Rencontres constituent également un espace privilégié pour sensibiliser le grand public aux questions environnementales. Comme les régions polaires, la montagne est en première ligne face au réchauffement climatique : la multiplication des chutes de pierre en haute altitude cet été et les glaciers qui fondent à toute vitesse, nous l’ont rappelé de manière vive ces derniers mois. Le sujet sera bien sûr au menu des Rencontres, qui pour leur vingtième édition, vont consacrer leur dernière soirée à l’Everest. Récits d’exploits, de la première ascension française en 1978 jusqu’au record de Kilian Jornet l’an dernier, mais par ailleurs plus haut dépotoir du monde, avec des montagnes de déchets abandonnés par les ascensions commerciales sur le Toit du monde.

500 places supplémentaires et des ateliers de création
Au chapitre des nouveautés présentées par Philippe Faucheux, chargé de la mission montagne à la ville de Grenoble, et Virginie Lacroix, coordinatrice de l’événement : une jauge augmentée de 500 places permettant d’accueillir 3500 personnes par soir. La restauration est aussi doublée, une bonne nouvelle car l’an dernier, le service était saturé et certains avaient dû choisir entre manger ou regarder les films ! Les organisateurs promettent aussi une cuisine plus variée. Les détenteurs du pack cinq jours apprécieront de plus être condamnés au régime tartiflette, aussi délicieuse soit elle !
Deux workshops photos et un atelier vidéo (payant) seront proposés en journée pour les réalisateurs et photographes en herbe avec Alpine Creative pour les premiers (aux commandes le collectif de photographe-montagnards d’alpinemag.fr : Ulysse Lefebvre, Jocelyn Chavy et Nacho Grez) et la Ville de Grenoble et le Fodacim pour le second (avec les documentaristes reconnus du milieu, Christophe Raylat et Pierre Petit).
Petite révolution, à noter que désormais, les Rencontres payent des droits de diffusion pour tous les films, ce qui n’était pas le cas jusque-là. Fortement incitatif pour faire venir certains films sur un marché des tournées et des festivals de plus en plus concurrentiel, même si le montant reste symbolique. « Notre budget total avoisine les 4000€ à partager entre une vingtaine de films », indique Philippe Faucheux.

Catherine Destivelle et Yves Ballu seront en dédicace le 7 novembre aux Rencontres Ciné Montagne

Croiser le 7e art avec les autres arts
L’événement développe encore cette année son volet artistique, avec chaque soir, différents domaines artistiques qui vont croiser le 7e art : musique, street-art en clin d’œil aux nombreuses œuvres d’art urbain disséminées dans la capitale des Alpes, stand-up…
Il y aura bien sûr des séances dédicaces avec les auteurs d’ouvrages de montagne ou des protagonistes des films. Parmi les personnalités annoncées, la grande Catherine Destivelle, l’alpiniste aujourd’hui à la tête des Éditions du Mont-Blanc, où elle édite les livres qu’elle aime sur des sujets qui la passionnent ou la touchent. Elle viendra accompagnée d’Yves Ballu dont elle vient d’éditer La Montagne sous presse, 200 ans de drames et d’exploits (sortie 24 octobre). Un beau livre qui rassemble plus de 400 illustrations et de nombreux récits d’alpinisme dans les journaux français et la presse étrangère du 18e à nos jours, tous issus de la collection d’Yves Ballu. « Les illustrations comme les récits sont le reflet de la culture populaire d’une époque ».

Rencontres Montagnes et Sciences
Pour la cinquième année, les Rencontres accueillent leur petite soeur les Rencontres Montagnes et Sciences les 9 et 10 novembre après-midi. Leur entrée est payante à partir de cette année, sauf pour les scolaires, les mineurs et les étudiants. Les ressources de financement doivent se diversifier et les organisateurs ont donc choisi d’instaurer un prix libre compris entre 3 et 12€.
Le vendredi séance spéciale scolaires et le samedi projection familles avec quatre films au programme. Parmi les moments très attendus, une démo d’aurores boréales sur scène avec Mathieu Barthélémy du Centre spatial de Grenoble. Pour enrichir ses connaissances et peut-être susciter des vocations dans le jeune public !

 

 

 

Tarifs entrée

Prévente jusqu'au 5 novembre 5€ la place, formule 5 soirées 20€. À partir du 6 novembre, 7€ et +2€ par pass. Billetterie en ligne sur www.grenoble-montagne.com