Après Maurice Novarina, Jean Prouvé ou encore Jacques Labro, la collection Portrait du CAUE Haute-Savoie (Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement) consacre son 7e opus à Charlotte Perriand. L’architecte disparue en 1999, associée de Le Corbusier pendant une dizaine d’années, femme émancipée, alpiniste et skieuse chevronnée dès les années 20, a largement marqué de son empreinte la création architecturale alpine.

La station des Arcs en Savoie, dont elle coordonne l’équipe d’architectes, à la demande de Roger Godino en 1967, témoigne de son art d’utiliser l’espace et de le rendre bigrement fonctionnel ! « Charlotte Perriand disait que l’habitat doit non seulement répondre aux fonctions qu’on lui demande, mais doit également apporter les conditions de la  libération de l’esprit », rappelle Claire Grangé, auteur de Charlotte Perriand, créer en montagne, lors de son lancement par le CAUE74, à Annecy.

Charlotte Perriand © Yerta Royée/AChP-ADAGP, Paris 2016
Historienne, directrice de la Maison des Jeux olympiques d’hiver à Albertville, Claire Grangé a initié en 2007, avec la fille de l’architecte, Pernette Perriand-Barsac, une exposition temporaire sur Charlotte Perriand et la montagne. Cette évocation, réalisée dans la foulée de l’exposition monographique du Centre Pompidou, a fait date. Elle dévoilait au grand public une facette alors méconnue de cette figure de l’architecture du XXe siècle, sa passion des sommets et sa contribution à l’architecture des stations d’altitude.
La connaissance et l’intérêt de Claire Grangé pour les travaux de Charlotte Perriand, mais aussi pour sa personnalité exceptionnelle, sont bien antérieurs à 2007. « Mon premier contact avec Charlotte Perriand s’est fait à travers son oeuvre, car depuis l’âge de 10 ans, je vis dans du Charlotte Perriand », témoigne l’historienne. Ses parents font en effet partie des pionniers de la station qui domine Bourg-Saint-Maurice. Ils y ont acquis un appartement dans lequel la famille va passer une bonne partie de vacances à partir de Noël 1968. Très tôt, donc, Claire Grangé a pu mesurer l’avant-gardisme et l’intelligence de l’architecture d’altitude de Charlotte Perriand. Elle en livre ici les clés pour le profane, remontant la vie de création de l’architecte aux racines paternelles savoyardes.

Séance dédicaces pour Guy Rey-Millet et Claire Grangé, plumes de Charlotte Perriand, créer en montagne édité par le CAUE74

L’ouvrage du CAUE contient étagalement deux contributions complémentaires au texte de Claire Grangé. Tout d’abord celle de Guy Rey-Millet, architecte urbaniste de l’Atelier d’architecture en montagne (AAM), collaborateur et ami de Charlotte Perriand. Il évoque encore aujourd’hui avec beaucoup d’émotion cette période de création des Arcs, oeuvre collective et expérimentale.

La seconde contribution est signée Gaston Regairaz, architecte-urbaniste de l’AAM. Disparu en 2013, il a lui aussi fait partie de l’aventure des Arcs dont il raconte le déroulé et les grands principes architecturaux, dans ce texte écrit en 2006 pour l’exposition Charlotte Perriand et la montagne.

Dans une seconde partie, l’ouvrage, petit par le format, mais grand par le contenu, déroule une riche iconographie, selon le principe de cette collection du CAUE : plans, croquis, dessins et photos, dont plusieurs prises par Charlotte Perriand elle-même, sont autant de compléments fort à propos pour comprendre le talent de cette créatrice visionnaire et humaniste.

SC

Charlotte Perriand, créer en montagne. 248 pages couleur. 20€- avril 2016. En vente au CAUE et dans toutes les bonnes librairies.

- Advertisement -