H2O, c’est à la fois une agence spécialisée dans le tourisme sportif et le tourisme d’affaire en montagne, notamment en Tarentaise, mais c’est aussi une base de loisirs au bord de l’Isère, à Landry, où l’entreprise a installé son centre névralgique en 2007. Présentation avec Jérôme Miton, son directeur.

actumontagne.com : Créée à l’aube des années 90, H2O a beaucoup grandi, faisant fi de la crise.  L’entreprise a plusieurs activités, quelles sont-elles ?
Jérôme Miton
: Il y tout d’abord H2o-Rafting, société de sports de montagne spécialisée sur le secteur de la Tarentaise, en Savoie.  Elle propose de Pâques à septembre, tous les sports d’eau vive et de plein air. Ensuite, il y a la structure H2o Sport Organisation, agence qui organise des séjours en montagne clés en main, et cela aux quatre saisons, ce qui est plutôt rare. H2o Educatif regroupe les activités de l’association de guides de sports outdoor dont elle met les compétences au service des secteurs jeunes (Classe découverte, séjours ados…). C’est aussi sous cette entête que s’abrite notre département de formation des cadres, avec intervention pour les CREPS, les universités ou les centres de formation.  Quant à l’entité H2o R&D, elle planche par exemple sur de nouvelles activités outdoor ou sur l’adaptation des sports de montagne et des sports d’eaux vives aux personnes en situation de handicap. H2O R&D étudie également des solutions financières et marketing pour livrer des packages « prêts à l’emploi » aux opérateurs d’hébergements. Elle s’investit par ailleurs dans les études de marché pour dynamiser les quatre saisons en montagne, et particulièrement les « saisons mortes » en Tarentaise, à savoir les vacances de Pâques, le printemps, et l’autonome.

actumontagne.com : Qui sont vos clients ?
Jérôme Miton
: Le grand public, individuels ou groupes, ainsi que les entreprises pour lesquelles nous concoctons des journées et des séjours sur mesure (séminaires, team building ou de construction d’esprit d’équipe en français, incentive, techniques de stimulation à travers le sport..). Nous travaillons aussi beaucoup en B to B avec les professionnels du tourisme –OT, structures d’hébergements, agences immobilières, agences de voyages…-, ou les agences événementielles pour qui nous faisons du réceptif et sommes fournisseurs de prestations. 

actumontagnec.com : Pour ces différents publics, vos prestations sont-elles très variées ?
Jérome Miton
: Oui, et je crois que cette variété est l’un de nos principaux atouts, car nous sommes en mesure de proposer aussi bien des séances d’activités à l’unité (rafting, hydrospeed, canoë, kayak, canyoning, escalade, via ferrata, VTT, parcours aventures, via cordatta, paintball, parapente…), que des journées multi-activités repas inclus. Mais aussi des week-ends tout compris (sport » hébergement » transfert » réunion » visites culturelles » courses d’orientation), des week-ends plus spécifiquement montagne ou encore des séjours et stages à thème plus intensifs… Bref, nous essayons de vraiment apporter des solutions sur mesure en étant très à l’écoute des personnes qui nous consultent et des tendances du marché.

actumontagne.com : Vous vous appuyez sur un réseau de partenaires. Qui sont-ils ? 
Jérôme Miton
: Effectivement, plusieurs hébergeurs et professionnels du tourisme, majeurs dans leur secteur d’activité ont compris l’intérêt d’une réelle organisation professionnelle comme H2O, et collaborent avec notre société pour fournir des prestations de loisirs sportifs à leurs clients. Nous travaillons au quotidien, pour développer un réel réseau d’intérêt collectif, au profit d’une Savoie active, j’insiste, en toute saison !

actumontagne.com : Pour finir, l’équipe H2O compte combien de personnes ?
Jérôme Miton : En saison estivale, H2o compte 25 salariés, dont 18 guides (rivières, canyons, escalade, haute-montagne, vtt…), 3 hôtesses (secrétaires et relations clients), et quatre personnes dédiées au Petit Resto, le restaurant installé dans notre éco-centre à Landry, centre névralgique d’H2O, conçu pour accueillir tous les publics. A l’année, nous sommes cinq permanents.

Propos recueillis par Sophie Chanaron

- Advertisement -