Fermée au cours des deux derniers hivers, la station de ski d’Abondance (Haute-Savoie) rouvrira ses pistes en décembre. C’est une société américaine qui exploitera les remontées mécaniques pour les douze prochaines années, sous la forme d’une délégation de service public.

Hiver 2006-07. L’absence de neige se fait cruellement sentir pour les stations de basse et moyenne altitude. Abondance, dont le pied des pistes se trouve à 930 mètres (et le sommet à 1500 mètres), n’échappe pas à la règle. « Le personnel du domaine skiable avait été embauché en décembre, comme chaque hiver, mais il n’avait pratiquement pas pu travailler de la saison. Et comme les remontées mécaniques étaient alors en régie municipale, il était impossible de mettre ces employés au chômage technique. C’est notamment ce qui avait précipité la fermeture du domaine skiable  », se souvient le maire actuel, Paul Girard-Despraulex, qui n’était pas encore en poste à l’époque. La coûteuse – et obligatoire – révision technique des installations avait aussi pesé dans la balance.

Plusieurs repreneurs potentiels s’étaient alors manifestés, « dont certains étaient franchement farfelus », précise Paul Girard-Despraulex. C’est finalement le groupement d’investisseurs américains Alpine Association (AAI), consultant auprès de stations de ski aux Etats-Unis, qui a été choisi pour reprendre l’exploitation des remontées mécaniques, par le biais d’une délégation de service public pour les douze prochaines années. AAI prendra à sa charge la révision technique des remontées mécaniques à hauteur de plus de 500 000 euros, et s’est également engagé à reverser 50 000 euros de redevances annuelles à la commune d’Abondance.

Développement du réseau de neige de culture

Que vient faire un investisseur du Colorado dans cette station du Chablais, située à quelques kilomètres de Châtel et du domaine des Portes du Soleil ? Réponse du maire actuel d’Abondance : « Gregory Lynn Sherwood, le pdg d’AAI, est tombé sous le charme de notre village. Il a été séduit par le potentiel d’Abondance, aussi bien pour son domaine skiable que pour son patrimoine et son agriculture – avec les vaches de la race Abondance. Il a déjà fait cinq fois le voyage des Etats-Unis, aussi bien en hiver qu’en été. Il connaît aussi très bien l’univers du ski, ce qui était important à nos yeux. Les habitants et les commerçants l’apprécient beaucoup ».

Même si les délais risquent d’être serrés, le domaine skiable d’Abondance devrait rouvrir dès décembre 2009, « pratiquement dans la même configuration qu’avant la fermeture il y a deux hivers », assure Paul Girard-Despraulex. Concrètement, douze remontées fonctionneront dès le début de saison, à savoir la télécabine et onze téléskis, desservant une quinzaine de pistes sur près de 600 mètres de dénivelé. Le télésiège « Didier Bouvet » sera lui remis en service un peu plus tard, « peut-être lors des vacances de février », espère le maire. Un nouveau télésiège devrait par ailleurs être installé à l’horizon 2011. Il permettra de relier la plaine d’Auffaz (au niveau du village) au pied de la télécabine, accessible également par la route, mais dont le parking est vite saturé. L’arrivée d’AAI permettra également de développer le réseau de neige de culture de la station. « Au moins une quarantaine d’enneigeurs devrait être ajoutée à la quinzaine déjà existante, ce qui permettra notamment d’assurer l’enneigement de la ‘Grande piste’, c’est-à-dire celle qui redescend jusque dans la vallée », explique le maire. Pour alimenter ces enneigeurs, une réserve d’eau de 40 000 mètres cubes sera créée, « dans le respect de l’environnement », insiste Paul Girard-Despraulex. La réserve actuelle – d’une capacité de 6 000 mètres cubes – devrait de son côté être agrandie. Quant aux tarifs des forfaits de ski, « ils devraient être à peu près au même niveau qu’il y a deux ans, autour de 18 euros la journée adulte », croit savoir le maire.

Une trentaine d’emplois directs créés

L’arrivée d’AAI devrait également se traduire par un développement de l’immobilier à Abondance, dans une zone qui jouxte le village. « Mais, rassurez-vous, AAI a une bonne vision de l’habitat montagnard. Ils n’entendent pas construire de grandes barres d’immeubles, mais plutôt quelques chalets de même type que ceux déjà construits dans le village. Nous ne connaissons pas encore la date de réalisation de ce programme immobilier, ni le nombre de lits supplémentaires qu’il apportera. Mais il devrait en tout cas s’agir de résidences touristiques, car nous ne voulons pas de lits froids », affirme Paul Girard-Despraulex.

En résumé, la réouverture du domaine skiable est une excellente nouvelle pour le village, qui avait vu sa fréquentation hivernale baisser de 30 % depuis la fermeture des pistes. De plus, la remise en marche des remontées mécaniques engendrera une trentaine d’emplois directs. « Abondance va pouvoir revivre », s’enthousiasme le maire.

Martin Léger

- Advertisement -