Le système de sécurité pour enfants Magnestick, développé par la S3V, exploitant des remontées mécaniques de Courchevel-La Tania et Méribel-Mottaret, a été choisi par Valfréjus, premier client externe du fabricant. Des précisions avec Damien Laymond, responsable produit de Sommital, filiale de la S3V, en charge de la commercialisation de Magnestick.

actumontagne.com : Valfréjus est la première station en dehors de la S3V (Société des 3 Vallées) à à choisir Magnestick. Est-ce sur une remontée mécanique existante ?
Damien Laymond : Non. L’exploitant de Valfréjus va remplacer la télécabine de Punta Bagna comprenant deux tronçons, par une nouvelle télécabine sur le premier tronçon et, pour le second, par un télésiège 6 places débrayable sur lequel sera installé le système Magnestick. Il y aura une place équipée par siège.

actumontagne.com : Quel est le coût d’investissement pour votre client ?
Damien Laymond : 82 000 euros pour le système Magnestick (NDLR : pour un coût global de 6 millions d’euros HT pour le télésiège).

actumontagne.com : Durant la période de test de Magnestick à Courchevel d’abord l’hiver 2008, puis cette saison à Méribel à plus grande échelle, les protections dorsales avec lesquelles il fonctionne, étaient réservées aux ESF. Cela sera-t-il le cas à Valfréjus ?
Damien Laymond : Non, car ces protections dorsales seront au catalogue de Rossignol l’hiver prochain. Les magasins seront approvisionnés par l’équipementier pour la vente et la location. Les écoles de ski, dont l’ESF qui reste un partenaire de Magnestick, seront certainement équipées. L’exploitant devrait aussi aussi s’en procurer. Ce shéma sera valable dans les toutes les stations équipées du système, à savoir Courchevel, La Tania et Méribel-Mottaret. Suite à notre Ispo Award à Munich décerné en janvier dernier, nous avons rencontré de nombreux fabricants de protection et nous pensons que plusieurs d’entre eux pourraient aussi en lancer à l’avenir, à la suite de Rossignol.

 

actumontagne.com : Avez-vous d’autres prospects sérieux pour Magnestick, en France ou à l’étranger ?
Damien Laymond : Oui ! En France mais aussi à l’étranger (Suisse, Autriche, Espagne, USA, Canada). Je ne peux pas vous en dire plus pour l’instant, mais nous espérons trouver un terrain d’entente d’ici la fin  du mois avec certains exploitants. Nous devrions équiper une dizaine d’appareils l’hiver prochain, ce qui est conforme à nos prévisions. En ce moment, à l’heure des vacances d’hiver, les 1000 protections dorsales que nous avons mis à dispositions des ESF sont de sortie tous les jours sur les 3 Vallées et nous avons un retour très positif des utilisateurs (moniteurs, enfants, parents). La haute visibilité du produit est très importante car quand 200 enfants partent équipés de la dorsale orange le matin sur le front de neige de Mottaret, notamment. Tout le monde voit qu’il se passe quelque chose et ceux qui connaissent le système expliquent à leurs voisins …… Magnestick c’est un investissement qui se voit. Valfréjus a bien compris l’intérêt d’être parmi les premières stations à s’équiper de Magnestick.

 

Propos recueillis par Sophie Chanaron

Une remontée mécanique indispensable pour Valfréjus

 

 

15 millions d’euros hors taxes, tel est le montant de l’investissement engagé par le régie des remontées mécaniques de Valfréjus pour remplacer la télécabine de Punta Bagna, devenue obsolète. Aménagée à la création de la station, au début des années 80, cette remontée mécanique est la colonne vertébrale du domaine skiable de la station de Maurienne. Son remplacement était la condition indispensable à la survie de Valfréfus, qui, après la défaillance de Transmontagne en 2007, son gestionnaire, a failli ne pas ouvrir l’hiver dernier. Soutenu par le Conseil général de la Savoie, la station a pu poursuivre son activité et obtenir les moyens d’engager la rénovation de Punta Bagna.
Dans sa nouvelle configuration, opérationnelle pour Noël 2009, cette remontée mécanique clé, prendra la forme d’une télécabine pour le premier tronçon (8 M d’euros), et d’un télésiège six places débrayables pour équiper son deuxième tronçon (6 millions d’euros). « Le choix d’un télésiège pour desservir la partie haute du domaine permet de s’affranchir de plusieurs contraintes », explique Michaël Pasquet, directeur d’exploitation. « Les skieurs n’auront plus à déchausser pour se rendre au sommet du domaine. Par ailleurs, nous enregistrons en moyenne 40 arrêts par an sur cette télécabine en raison du vent. Avec le futur télésiège 6 places, moins sensible à cet élément, nous allons accroître le nombre de journées d’exploitation ». Le choix d’équiper ce dernier appareil du système Magnestick a été motivé par une volonté d’apporter une réponse au désir croissant de la clientèle d’une plus forte sécurisation, tant au niveau des remontées mécaniques que sur les pistes. En effet, pour fonctionner, Magnestick, qui est un système d’accroche par aimantation, nécessite le port d’une protection dorsale par l’enfant. Un accessoire encore peu répandu mais qui devrait devenir indispensable, selon ses promoteurs, au même titre que le casque.

 

 

 

- Advertisement -