Depuis quelques années, Chambéry, porte d’accès au plus grand domaine skiable du monde, a pris la main en matière d’organisation d’événements dédiés à la montagne. Alors qu’elle accueille du 18 au 21 novembre le 17e Festival international des métiers de montagne, celle qui fut ville des Alpes en 2006, sera l’hôte de la Biennale du développement durable en montagne et des salons Alpipro, dont la première édition se tiendra du 27 au 29 avril 2011. Un nouveau rendez-vous professionnel imaginé par Bernard Volk, ancien commissaire général des foires et salons du parc des expositions de Grenoble, fondateur de Green Events Organisation.

actumontagne.com : La Biennale du développement durable en montagne, c’est quoi ?
Bernard Volk
: C’est un événement qui va avoir lieu tous les deux ans et qui compte quatre rendez-vous en un : les Assises nationales de l’aménagement et de l’exploitation touristique durables en montagne ; Alpipro, des rendez-vous d’affaires autour de quatre thématiques (montagne et aménagement des stations de ski;  l’immobilier touristique; l’ingéniérie touristique et enfin le pastoralisme, la gestion des forêts et la biodiversité), un concours international d’architecture et d’urbanisme et, dernier rendez-vous, des visites de stations pour découvrir des initiatives vertes concrètes et exemplaires. Pendant trois jours, les professionnels de la montagne vont pouvoir se rencontrer et échanger autour de l’avenir de la montagne, évoquer des questions cruciales comme le manque de foncier en montagne, la gestion d’un bâti sous-exploité et à beaucoup d’endroits vieillissant, le rôle de l’Etat dans le financement de l’aménagement de la montagne ou encore l’essor des énergies vertes comme le solaire ou la géothermie.

Est-ce un SAM* bis ?
BV
: Pas du tout ! L’aménagement de la montagne n’est qu’un volet de la Biennale qui explore la montagne dans sa globalité et qui a un format très différent du SAM. Le SAM est avant tout une vitrine de l’industrie de la neige. La Biennale sera un lieu propice à la réflexion, une sorte de laboratoire d’idées pour construire la montagne de demain et faire du développement touristique durable de la montagne un levier de croissance économique, sociale et environnementale. Les salons Alpipro, qui se veulent pragmatiques et ouverts au business, ont un format rendez-vous d’affaires, des stands clés en main  à des prix attractifs, avec des surfaces volontairement limitées, en cohérence avec leur positionnement. L’événement bénéficie du haut patronage du ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer et, il a déjà reçu le soutien des Domaines Skiables de France -ex-SNTF-, de l’ASDER, association savoyarde pour le développement des énergies renouvelables, l’association des fournisseurs de matériels et services pour la montagne, BTP Savoie, la Filière Bois, le Cluster Montagne, la CCI de la Savoie, Savoie Expo et bien sûr la ville de Chambéry.


En accueillant la Biennale, Chambéry dispute  à Grenoble son statut de capitale des Alpes ?
BV
: Chambéry et plus globalement les Savoie réaffirment leur engagement en faveur de la montagne et de l’environnement. Tout d’abord, Chambéry est au cœur du plus vaste domaine skiable au monde. Depuis plusieurs années, les deux Savoie accueillent plusieurs rendez-vous majeurs autour de la montagne et du tourisme en montagne comme le Festival international des métiers de montagne (Chambéry), ou encore Grand Ski (Chambéry puis Annecy). De nombreuses entreprises de la filière montagne ont choisi de s’implanter près de Chambéry, comme au parc Alpespace à Montmélian qui abrite une quarantaine d’entreprises du secteur de la montagne.

Grenoble a lancé en septembre dernier le SIM, un salon généraliste et grand public sur la montagne, dont la première édition programmée en avril prochain, télescope celle de la Biennale. Les professionnels de la montagne ne pourront pas se couper en deux. Qu’en pensez-vous ?
BV : Je n’ai pas de commentaires à faire, sauf que la Biennale et les salons Alpipro ont été lancés en mai dernier.

Vous êtes en train de bâtir le programme de la Biennale. Quand sera-t-il bouclé ?
BV : Concernant le programme des Assises nationales de l’aménagement et de l’exploitation touristique durables en montagne, les comités de pilotages sont au travail. Il sera en ligne le 15 janvier. Pour les salons Alpipro,  les inscriptions sont ouvertes sur alpipro.com et les frais d’inscriptions sont même offerts jusqu’au 20 décembre !
Propos recueillis par Sophie Chanaron

* Salon de l’aménagement de la montagne, salon phare créé à Grenoble en 1978 par Michel Drapier

 

- Advertisement -