Les stations de Courchevel et de Val Thorens accueillent depuis fin mars et jusqu’à fin avril, une monitrice de ski de Huaibei. La jeune femme a été sélectionnée par deux moniteurs ESF, partis trois mois dans cette station former leurs homologues chinois au savoir-faire français et, à terme, créer une école de ski "Ski France".

 Dans le cadre d’un partenariat avec Rossignol et le Syndicat des moniteurs du ski français, Bertrand Camus, moniteur de l’ESF de Courchevel 1550 et Kim Truong, son confrère de l’ESF de Val Thorens, ont effectué un séjour professionnel de trois mois dans la station chinoise de Huaibei, près de Pékin pour initier les moniteurs locaux à la méthode d’enseignement des pulls rouges, très réputée sur la scène internationale. De décembre 2004 à février dernier, les deux enseignants ont dispensé une formation sur les techniques d’apprentissage du ski à la française. Leur rôle a aussi été de sélectionner un enseignant chinois afin de l’accueillir au sein de leurs écoles respectives pendant un mois et de lui permettre de participer au Challenge des moniteurs -du 17 au 23 avril à Courchevel-la grand’messe des hommes en rouge. Kim Truong et Bertrand Camus ont retenu Liu Yang, une jeune femme de 22 ans originaire de la province de Jilin au Nord-est de la capitale chinoise. "Cette jeune fille est extraordinaire. Aucune école de ski de Courchevel ou Val Thorens ne sera déçue par cette personne », indiquait Kim Truong à la veille de son arrivée le 23 mars dernier.   Délégations chinoises dans les Alpes Cette invitation est symbolique de l’investissement du ski tricolore sur le marché chinois. Outre la présence pionnière de Rossignol, numéro un mondial du matériel de ski, les échanges de délégations entre la Chine et les Alpes françaises se multiplient. En ce moment, de nombreux professionnels chinois du ski sont en visite à Courchevel et à Val Thorens. Une exploration à travers laquelle ils espèrent trouver des pistes pour booster l’industrie de l’or blanc en Chine. Actuellement, la population des skieurs sur l’ensemble du territoire chinois est estimée à quelque deux millions d’individus. Une niche à l’échelle de la population chinoise mais qui ne cesse de croître. Pour preuve, si en 1999, on ne comptait qu’une station de ski proche de Pékin, on en dénombre aujourd’hui une quinzaine, accueillant jusqu’à 6000 personnes chaque jour en haute saison. Pour les protagonistes du ski hexagonal, participer à l’essor du ski en Chine est un pari sur l’avenir. En effet, il n’est un secret pour personne que la clientèle française stagne et que le salut passe par les marchés étrangers. Créer en Chine une véritable culture du ski ne pourra qu’inciter les skieurs chinois à aller, ensuite, découvrir d’autres domaines skiables. Et ils éliront d’autant plus les stations françaises comme destination de séjour qu’ils en connaîtront la réputation et surtout l’empathie à leur égard. Sophie Chanaron Bertrand Camus, moniteur à l’ESF de Courchevel 1550, est titulaire d’une licence de mandarin et n’a donc aucune difficulté pour communiquer avec Liu    

- Advertisement -