Créé en 2001, la Compagnie d’Hôtels, dont le cœur de métier est l’hôtellerie d’affaires, s’est diversifiée depuis 2006 dans le créneau du luxe.  Aujourd’hui, le groupe haut-savoyard compte neuf hôtels résidences et huit restaurants. Dont le château de Candie et son restaurant étoilé l’Orangerie à Chambéry, ou encore Les Comptoirs, dernière table dont on parle dans la capitale savoyarde. 

Didier Touraille, fondateur de la Compagnie d’Hôtels en 2001, a le succès modeste. En moins d’une dizaine d’année, il a constitué un groupe pesant pas loin de 40 millions d’euros, réalisés principalement dans le secteur de l’hôtellerie d’affaires et, depuis 2006, dans celui de l’hôtellerie de luxe. L’entrepreneur haut-savoyard ne compte pas en rester là. Il annonce son intention d’ouvrir dix nouveaux établissements d’ici à 2010. Un château hôtel est en voie d’acquisition en Alsace et nombre de dossiers sont à l’étude pour accroître son parc d’hôtels et de restaurants haut de gamme. Pour l’heure, le groupe est à la tête de neuf hôtels et huit restaurants. Des établissements principalement installés dans les deux Savoie, tous rénovés récemment -dont le Parc à Allevard (38), la Tourmaline à Aime (74)- ou entrain de l’être – comme L’Explorers aux Arcs- pour suivre l’évolution des exigences de la clientèle et son appétit pour la nouveauté.

 

 

C’est ainsi qu’en lieu et place du restaurant gastronomique l’Essentiel à Chambéry, créé dans les années 80 par Jean-Michel Bouvier, aujourd’hui investi à Tignes (le chalet Bouvier), un nouveau restaurant a vu le jour en décembre dernier. Son nom, Les Comptoirs, brasserie de luxe au décor contemporain, chantre de la cuisine fusion. Aux fourneaux, Christian Poulet, meilleur ouvrier de France en 2007, qui y mitonne des plats goûteux, inspirés des cuisines du monde. Soupe de crevettes épicées à la citronnelle, carrelet laqué au soja et au gingembre –une réussite-, ou encore rôti de lapin au thym et lentilles vertes du Puy, voici quelques exemples de mets servis aux Comptoirs. « La carte a été élaborée en collaboration avec Boris Campanella, le chef étoilé de l’Orangerie, le restaurant du Château de Candie que nous avons racheté en 2006», explique Didier Touraille, qui veut imprimer le talent de ses chefs sur les cartes de ses différents établissements. Ouverte en décembre 2007, cette nouvelle table chambérienne commence à faire parler d’elle au-delà de la capitale savoyarde. Son menu à 19 € au service garanti en 45 mn maxi n’est sans doute pas étranger à ce succès. La formule fait mouche auprès de la clientèle d’affaires et de bureaux pressée. Elle devrait aussi séduire une partie des touristes à destination des stations de montagne, amateurs de bonne chaire, et partant pour une escale gourmande au cœur de Chambéry.
Sophie Chanaron

photo de une : de gauche à droite : Grégory Pourrin, directeur général, Boris Campanella, le chef de l’Orangerie, Didier Touraille, pgd du groupe et Christian Poulet, le chef des Comptoirs

- Advertisement -