Après Val d’Isère, Val Thorens et Méribel, c’est à l’Alpe d’Huez que la Folie Douce décline son concept qui revisite la pause ski sur les pistes, mixant restaurant d’altitude, cabaret et dance-floor à ciel ouvert. Convivialité, bonne chair et gros son à 2300 mètres d’altitude !

Destination neige prisée autant par les familles que par les citadins sans enfants fans de glisse, l’Alpe d’Huez correspondait parfaitement aux profils de stations visés par le groupe la Folie Douce pour décliner son établissement éponyme. Sa quatrième Folie Douce ouvre le 14 décembre prochain à un point de croisement stratégique du domaine skiable de la 10e station de ski française. Un lieu hybride, dont le concept a été inventé en 2007 par Luc Reversade à Val d’Isère. Transposant sur les pistes de ski, le phénomène du clubbing façon Ibiza, ce dernier a apporté un vrai grain de folie à la pause ski de midi !  Amateurs de calme passez votre chemin, car l’endroit est pour le moins animé et draine du monde !

Une clientèle très large

Les trois premières Folie Douce de Val d’Isère, Val Thorens et Méribel rassemblent tous les jours jusqu’à 3000 personnes pour leur dance party sur la terrasse géante du self ! « Ne croyez pas qu’ils ne s’agissent que de jeunes gens, tout le monde peut se retrouver à la Folie Douce. Notre clientèle est intergénérationnelle et il y en a pour tous les budgets », assure Margaux Montel-Gravier, qui avec son mari, fait partie des cinq associés du projet. Le couple suivra d’ailleurs de près le lancement de l’établissement de l’Alpe d’Huez cet hiver.

Une carte créé par le chef Christophe Aribert

De fait, la Folie Douce n’est pas seulement une piste de dance pour se trémousser en tenue de ski tout l’après-midi. « On a surtout en tête l’aspect club, mais la Fruitière, la brasserie d’altitude de la Folie Douce, est aussi une très bonne table ». A l’Alpe d’Huez, sa carte est d’ailleurs signée Christophe Aribert, le chef des Terrasses d’Uriage, près de Grenoble, deux étoiles au Michelin. « Un ami » de la Folie Douce qui a facilité son installation à l’Alpe d’Huez, soulignent les investisseurs. « Christophe a créé la carte avec le chef maison du groupe et  Yann Tanneau, ancien chef de l’opéra Garnier. C’est ce dernier qui va officier au quotidien, mais Christophe, qui est à moins d’une heure d’ici, viendra souvent lui rendre visite ».

Fin de partie à 17h
Côté show et clubbing, la Folie Douce de l’Alpe s’est choisie une directrice artistique charismatique, Ange Fandoh. Entourée de deux DJ en résidence, de performers vocaux et de musiciens, elle promet de mettre le feu pour que les clubbers en tenue de ski s’amusent. Dans une ambiance bonne enfant. Pour éviter les débordements, aucun alcool fort n’est servi au bar. Et comme dans tous les autres établissements maison, fin de partie à 17h, fermeture du domaine skiable oblige ! Une fois que skieurs et piétons repartent, les lieux retrouvent leur quiétude jusqu’au lendemain matin.

Sophie Chanaron

 

- Advertisement -