Depuis une saison, la petite station familiale de Chartreuse a fait le choix de se spécialiser dans l’apprentissage de la glisse en créant une zone ludique autour de son tout nouveau tapis roulant. Cet hiver, elle enfonce le clou avec une piste de snowtubing –glisse sur bouée- dans la forêt. Gros succès !

Sur le marché hyperconcurrentiel de la glisse, les stations n’ont pas d’autres alternatives que de se différencier les unes des autres. Au col de Marcieu, petite station familiale de Chartreuse rattachée à la commune de Saint-Bernard-du-Touvet en Isère, on l’a bien compris. Depuis l’hiver 2005-2006, ses responsables ont fait le choix de se concentrer sur l’apprentissage du ski. Avec le soutien du Conseil général qui a donné une enveloppe de 400 000 euros à la station dans le cadre de sa politique de soutien aux stations de moyenne montagne (voir encadré ci-dessous), une zone ludique a été aménagée : au centre un tapis roulant. D’un côté, une large piste réservée aux skieurs débutants, de l’autre, une piste dédiée à la luge. «L’an dernier, cet espace, accessible via un forfait spécial, a fait autant de recettes que les autres remontées mécaniques », se félicite Dominique Germain, la maire de Saint-Bernard-du-Touvet, qui a également pu constater que la station avait élargi son bassin de clientèle. «Nous recrutons sur la rive gauche de l’Isère alors que jusqu’à l’an dernier, la clientèle était seulement originaire des communes voisines».

Patrick Dolci, président de la Régie des remontées mécaniques et Dominique Germain, maire de Saint-Bernard-du-Touvet

Des remontées mécaniques pour les handicapés

Cette année, la station poursuit dans cette niche en créant une piste de snowtubing à proximité de l’espace ludique, dans la forêt. A la disposition du public, une douzaine de bouées de tailles variables selon le gabarit du candidat à la folle glissade ! Moyennant 2,50 € la location (auxquels il faut ajouter les 3,90 € d’accès au tapis roulant pour la demi-journée), c’est une demi-heure de bonheur assuré… pour les petits comme pour les grands enfants !

 Pratique le tapis roulant pour monter les bouées jusqu’au départ de la piste de snowtubing !

La station a également investi dans ses remontées mécaniques pour les rendre accessibles aux handicapés. « Nous avons d’ailleurs instauré un forfait pour les personnes à mobilité réduite à 6€», poursuit la mairesse, plutôt satisfaite de son début de saison, en dépit de l’enneigement aléatoire. « Grâce à nos dix enneigeurs, nous avons pu tourner correctement jusqu’ici ». Alors que les pistes sont ouvertes par intermittence (info ouverture au 04 76 08 31 58), l’espace ludique lui fonctionne sans discontinuer grâce à la neige de culture. A l’heure où les stations de moyenne altitude souffrent du manque de neige et des températures exceptionnellement douces, le col de Marcieu tire plutôt bien son épingle du jeu.
Sophie Chanaron

Pour en savoir plus : Mairie de Saint-Bernard-du-Touvet 04 76 08 30 96

12 millions d’euros sur cinq ans
En 2004, le Conseil général créait les contrats de développements diversifiés après plusieurs mois de réflexion et d’échanges avec les professionnels de la montagne, les élus et le monde associatif. Résultat, la totalité des stations iséroises de moyenne montagne, à l’exception de celles de l’Oisans, moins affectées par les changements climatiques, a signé un contrat avec le Conseil général en vue de financer un certain nombre d’actions prioritaires : modernisation des équipements pour les unes, renforcement de l’enneigement artificiel pour d’autres, rénovation de l’immobilier, diversification… Les aides du Conseil général s’élèvent à 50% du montant des investissements engagés par les stations, l’autre moitié de l’enveloppe restant à la charge de la station. Au total, ce ne sont pas moins de 12 millions d’euros que le Conseil général met sur la table sur cinq ans pour soutenir la moyenne montagne iséroise, particulièrement affectée cet hiver.

- Advertisement -