Vestige du passé minier de la Matheysine, en Isère, le petit train de La Mure, ligne ferrovière touristique est à l’arrêt depuis 2010. Un éboulement d’envergure s’est en effet produit cette année-là sur la voie, stoppant net l’exploitation de ligne, très empruntée l’été avec 70 000 passagers en moyenne. Une immobilisation non sans conséquences sur l’activité économique de ce territoire du Sud-Isère qui compte comme autre attraction touristique, le lac du Monteynard, la route Napoélon ou encore le château de Vizille. Un nouveau délégataire est sur le point d’être désigné par le Conseil départemental et 26 millions de travaux programmés. Attention au départ… en 2020 !

Après plusieurs projets de reprise avortés depuis 2011, le Département de l’Isère, qui en assure l’exploitation depuis 1997, a lancé une prodécure négociée de Délégation de Service Public (DSP). Trois candidats étaient en lice, SNC Lavalin devenu Edeis, Kleber Rossillon et Transdev. Après édude des offres, l’exécutif du Département a porté sa préférence à celle d’Edeis, aménageur et gestionnaire du panoramique des Dômes au sommet du Puy de Dôme. Cette candidature est présentée aujourd’hui aux élus du Conseil départemental de l’Isère.


Pour que le petit train de La Mure reprenne du service, il va falloir engager d’importants travaux. Le montant est estimé à plus de 25 millions d’euros, dont 25% pris en charge par le nouveau concessionnaire, le restant étant à la chartge des acteurs publics, dont près de 16 millions pour le seul Département de l’Isère (les autres partenaires : Communauté de communes de Matheysine, la Région AURA, l’Etat).
Le futur exploitant prévoit une remise sur rails 2020 avec un train toujours 100% électrique, une exploitation de la ligne d’avril à octobre, neufs rotations par jour, un parcours allant de La Mure au Grand Balcon, superbe point de vue sur le lac de Monteynard où la construction d’un restaurant panoramique et d’un belvèdère est prévue, la construction d’une nouvelle gare à La Mure avec un musée sur l’histoire du train, sans oublier un arrêt touristique à la Mine Image. L’objectif de fréquentation : 120 000 visiteurs par an au terme de la 5e année d’exploitation.

- Advertisement -