Près de 460 tour-opérateurs venus de 55 pays ont assisté à la 25e édition du salon Grand Ski, à Chambéry. Parmi les nouveaux venus, des voyagistes en provenance d’Iran et du Kazakhstan. Les 245 exposants ont aussi constaté que le nombre de prescripteurs originaires des pays émergents avait fortement augmenté. Il en va ainsi des Coréens, deux fois plus nombreux qu’en 2015, ou encore des ressortissants du Moyen-Orient, avec en tête des voyagistes de pays à fort pouvoir d’achat, comme le Qatar, le Koweit ou encore Israël.
Les Russes et les Ukrainiens ont également débarqué en masse. Une bonne nouvelle, car toute la filière redoutait qu’ils ne se déplacent pas dans la capitale savoyarde, en raison de la guerre entre les deux pays et du plongeon de la monnaie russe, affectée par la chute des cours des hydrocarbures. Cette année, seuls les TO néerlandais, belges et britanniques sont en léger recul par rapport à 2015 (361 contre 371). Un fléchissement qui n’aurait rien d’inquiétant dans la mesure où il traduit, selon les organisateurs, la concentration des acteurs de ces marchés plutôt que leur désintérêt pour les massifs français. A surveiller quand même, car ces pays étant pourvoyeurs de nos plus gros contingents de clientèles internationales, ont montré qu’ils pouvaient être tentés par des pays concurrents, non seulement l’Autriche, mais aussi les pays d’Europe centrale (République tchèque, Slovénie, Slovaquie Bulgarie) ou l’Andorre, aux prix très agressifs.
Cette édition 2016 de Grand Ski se tient dans un contexte de début de saison marqué par le manque de neige, des températures printanières et le maintien de l’état d’urgence sur le territoire. Ce climat morose ne l’empêche pas de battre un record, celui du nombre de rendez-vous d’affaires programmés entre les voyagistes internationaux et les professionnels du tourisme français : plus de 10 000, en hausse de 10% par rapport à l’an passé, s’est félicité Christian Mantei, directeur d’Atout France, organisateur de ce workshop avec une dizaine de partenaires. Autre motif de satisfaction : l’attrait des éductours. Quelque 190 voyagistes sont allés à la découverte d’une vingtaine de stations tricolores, toutes implantées en Savoie Mont Blanc, à l’exception de l’Alpe d’Huez, des Deux-Alpes et de Serre-Chevalier. Un objectif pour les stations hôtes : convaincre ces prescripteurs de les programmer l’hiver prochain.

- Advertisement -