Selon un bilan provisoire, Domaines Skiables de France (238 opérateurs) annonce que pour l’hiver 2015-2016, la fréquentation des remontées mécaniques est en retrait de 3% par rapport à l’hiver dernier et recule de 7% par rapport à la moyenne des 4 hivers précédents. Des chiffres qui, selon les exploitants traduisent, les forces et faiblesses de l’économie du ski. Le secteur a globalement résisté, compte tenu des températures exceptionnellement douces et des chutes de neige tardives, cela, grâce aux savoir-faire des équipes sur place, notamment dans l’entretien et le travail de la neige.
Autre bonne nouvelle, les effets bénéfiques de la modification du calendrier scolaire, qui a incontestablement boosté la fin de saison. La fréquentation a été multipliée par deux, en dépit d’une météo défavorable et un week-end pascal hors vacances.
Ces chiffres masquent néanmoins des résultats bien disparates suivant les territoires. Ainsi, si les deux Savoie tirent leur épingle du jeu (Stable pour la Savoie, +1% pour la Haute-Savoie), le Jura (-17%), les Vosges (-13%), le Massif Central (-11%), ont beaucoup soufferts du manque de neige en début de saison mais également en février. Les Alpes du Sud (-7%), les Pyrénées (-7%) et l’Isère-Drôme (-6%) sont eux aussi dans le rouge. Par taille de station, sans surprise, les grandes s’en sortent bien, avec une activité stable sur l’année dernière. Sans surprise, les petites stations ont plongé dans le rouge (-13%) mais moins que sur la moyenne des quatre dernières années.
L’enseignement phare que tirent les exploitants de cette saison écoulée et qu’ils rappellent dans tous les salons, notamment au Mountain Planet 2016 et colloques ces dernières semaines : la nécessité d’optimiser les réseaux de neige de culture, sans laquelle la saison aurait été catastrophique.

- Advertisement -