L’aménagement du site des futurs championnats du monde d’aviron 2015, sur le lac d’Aiguebelette en Savoie, est terminé. Il ne reste à livrer plus que deux pistes cyclables, et à la végétation à pousser, pour que les lieux soient la copie conforme du cadre dans lequel les athlètes et le public évolueront du 30 août au 6 septembre 2015.

Les équipements dévolus à l’aviron, en partie démontables, ont été testés en avant-première mi-mai par les athlètes de la Régate internationale Savoie Mont-Blanc. Ce galop d’essai a permis aux équipes dirigées par Pascale Clerec, notamment celles qui montent et démontent le nouveau bassin de compétition, de s’entraîner dans les conditions d’avant et d’après course.

Nouvelle répétition avant la grande échéance de 2015, les 20, 21 et 22 juin prochain, lors de l’accueil de la coupe du monde 2014, pour laquelle plus de 750 athlètes valides et handis sont engagés. Lorsque les agents du Département de Savoie seront bien rodés, il ne leur faudra plus que trois jours pour installer le théâtre des compétitions, et plus que deux jours pour le démonter.

Les athlètes de la régate ont salué la qualité et l’esthétique du nouveau bassin de compétition, l’un des rares naturels du circuit, qui rappelons-le, ne servira qu’aux compétitions majeurs. Soit 13 jours maximum par an. Les autres compétitions, les entraînements et les stages se poursuivront sur l’ancien bassin.

Un bâtiment de chronométrage à double usage

La tour d'arrivée sur la plage Pré Argent

Les chronométreurs, eux, ont pu apprécier le confort du nouveau bâtiment d’arrivée sur la plage de Pré Argent. Il est dans le viseur des opposants aux aménagements durables liés à Aiguebelette 2015. Pérenne, il contribuerait selon eux au « bétonnage du lac ». Pourtant, pour qu’il s’intègre le mieux possible dans son environnement, son architecte, Emmanuel Ritz, a fait une réinterprétation du bâti des fermes alentours. Et le résultat est plutôt très réussi ! Gageons qu’avec la patine du temps, ce parallélépipède se fonde facilement dans son environnement, bien mieux que certaines constructions privées du pourtour du lac, peu ou pas entretenues…

Composé d’un socle de pierre, surmonté par une structure en béton et verre, l’édifice s’habille d’un sobre bardage en peuplier, issu des forêts de la région. Côté lac, des volets amovibles de 7 tonnes chacun, libèrent les parois en verre, offrant aux chronométreurs une vue spectaculaire sur l’étendue vert émeraude. A noter qu’en l’absence de compétition, l’édifice sera à la disposition de la commune de Novalaise pour assurer la surveillance de la plage.

Développement du territoire

Au-delà de l’événement sportif majeur que constituent les championnats du monde 2015 -6000 spectateurs attendus et plusieurs millions d’euros de retombées économiques-, c’est la valorisation de l’Avant-Pays savoyard, que leurs promoteurs, le Conseil général de Savoie et la Communauté de communes du lac d’Aiguebelette, ont en tête. Selon eux, l’attrait touristique du territoire sera renforcé par les nouvelles installations dédiées à l’aviron, mais aussi celles qui en découlent et profitent à tous les usages du lac et de ses environs : la requalification de la plage de Pré Argent, l’aménagement de deux nouvelles pistes cyclables, la renaturation du marais de Nances ou encore la Maison du lac, espace scénographique dédié à la présentation des richesses de la destination.

Côté coûts

Coûts des travaux du bassin : 2,5 millions d’euros (dont 700 000 € pour la tour d’arrivée) financés par le Conseil général de Savoie, la Région et l’État

Coûts des pistes cyclables : 1,3 millions d’euros

Coûts de fonctionnements pour Aiguebelette 2015 (+ coupe du monde 2014) : 9 millions d’euros, à la charge du Département, de l’Assemblée des Pays de Savoie, de l’État, de la Région et des partenaires privés

La collectivité devra aussi s’acquitter des frais d’avocats et d’experts engendrés par les six recours en référé-suspension et dont le montant sera divulgué lorsque toutes les procédures en cours seront terminées.

 

 

- Advertisement -