Depuis trois ans, les aéroports de Grenoble et Chambéry étoffent un peu plus chaque saison leur offre de dessertes des grandes villes européennes. Londres, bien sûr, mais aussi Liverpool, Bristol, Glasgow, Stockholm, Rome ou encore, et c’est nouveau, Bruxelles, Prague, Dublin et Edimbourg ne sont plus qu’à quelques heures des stations de ski françaises. Cet hiver, c’est toute l’Europe, ou presque, qui va faire voler la poudre !

A partir de décembre, l’aéroport de Grenoble va exploiter dix-huit lignes régulières, soit neuf de plus que l’hiver dernier, et son homologue de Chambéry, huit. « Le travail de fond opéré depuis trois ans se révèle payant», se félicite Benoît Brunot, le directeur général des deux aéroports dont la fréquentation était déjà en forte hausse l’an dernier sur le trafic régulier : + 200% pour Chambéry et +600 % pour Grenoble ! Avec l’explosion des dessertes régulières cette nouvelle saison hivernale, de nouveaux records devraient être franchis. « Si la clientèle de Chambéry reste à plus de 95% d’origine britannique, celle de Grenoble se diversifie sensiblement», remarque Benoît Brunot. En effet, l’aéroport de Grenoble réussit une belle percée sur les pays de l’Est, leurs trois principales compagnies low-cost musclant leur offre de vols en direction des Alpes. Après Varsovie l’an dernier, c’est au tour de Prague d’être relié à Grenoble.

Six dessertes pour Ryanair

La plateforme iséroise réussit aussi un beau coup avec les nouvelles dessertes de Dublin et de Bruxelles, assurées par Ryanair. Le numéro un européen des vols low-cost opère désormais six vols sur l’aéroport de Grenoble contre un seul l’an dernier. Non seulement le nombre de desserte s’élargit mais la fréquence des vols sur la plupart des lignes s’intensifie : entre trois et sept chaque semaine, et même 10 pour le vol Londres-Stansted de Ryanair. A Chambéry, Newcastle et Edimbourg, assurés respectivement par Jet2 et Flyglobespan, rejoignent l’offre des destinations existantes (Southampton, Birmingham, Exeter, Norwich, Leeds Bradford et Manchester). Incontestablement, grâce à cette proximité, les champs de neige des grandes stations de ski françaises sont de plus en plus attractifs pour les voyageurs en provenance des pays voisins. En sens inverse, ces nouvelles destinations sont aussi très intéressantes pour la clientèle rhônalpine qui peut ainsi délaisser pendant quelques week-ends les pistes de ski au profit des grandes capitales européennes !

Plus de services

Grenoble-airport et Chambery-airport peaufinent aussi les services au client. En matière de transport vers les stations, mais aussi dans d’autres domaines. Ainsi les aéroports proposent, en partenariat avec la chaîne de magasin Intersport, de la pré-réservation de matériel de ski à tarifs préférentiels via leur site Internet respectifs ainsi que celui des compagnies aériennes partenaires. «Les voyageurs peuvent aussi pré-réserver leur matériel sur place à leur arrivée à l’aéroport de Grenoble, un service unique dans tous les aéroports des Alpes », souligne Benoît Brunot, qui souhaiterait dans une prochaine étape également effectuer la vente de forfaits de ski histoire de simplifier au maximum les formalités auxquelles les voyageurs doivent se plier avant d’accéder enfin aux pistes.

Sophie Chanaron

Pour en savoir plus sur tous les vols : www.grenoble-airport.com  www.chambery-airport.com

Des navettes routières vers les stations

Outre la voiture de location et les taxis, les opérateurs privés et publics ont mis en place des systèmes, certes moins directs que les deux premiers, mais plus abordables en terme de prix et fonctionnant de début décembre à fin avril.
Depuis l’aéroport de Grenoble : un comptoir spécifique transfert a été aménagé l’hiver dernier où vous trouverez toutes les informations et pourraient acheter ou récupérer vos billets : navettes régulières AGBus vers les principales stations de Tarentaise (inscriptions obligatoires €45 l’aller, €65, l’aller-retour par personne).  www.agbus.com; navettes régulières TransIsère vers la gare routière de Grenoble d’où partent les bus en correspondance vers les stations de l’Oisans (€12,40 aller, €24,80). « Un nouveau dispositif pourrait voir le jour en 2008 pour éviter cette rupture de charge en gare routière avec la mise en place de dessertes directes des stations depuis l’aéroport », promet Olivier Merliaud, directeur des transports au Conseil général de l’Isère.
Depuis l’aéroport de Chambéry : navettes régulières avec Altibus.com en direction des stations de Savoie et Haute-Savoie. Renseignements et réservations call 33 (0) 820 320 368 www.altibus.com
Depuis l’aéroport de Lyon-Saint-Exupéry : service de navettes quotidiennes Satobus-Alpes à destination de 33 stations dans les vallées de la Tarentaise, de l’Oisans et de l’Arve (La Clusaz, le Grand Bornand). Toutes les lignes ne sont pas directes mais lors des correspondances, du personnel reconnaissable au port d’un gilet jaune fluo, vous prend en charge le temps du transfert. Les tarifs varient suivant le lieu de destination. A titre d’exemple, Saint-Exupéry/Val d’Isère €89 l’aller-retour. Réservation des billets conseillée. Vente en ligne sur www.satobus-alps.com / call 0 820 320 368 et 33 (0) 4 79 68 32 96

 

- Advertisement -