Le refuge du Goûter, situé sur la voie normale d’ascension du mont Blanc, sera remplacé cet été. Après deux ans de travaux, le nouveau bâtiment, situé à côté de l’ancien, à 3 835 mètres d’altitude, devrait ouvrir ses portes en août avec 100 places accessibles sur 120. Désormais, réservation obligatoire avec versement d’arrhes.

Le refuge du Goûter est l’un des plus bondés des Alpes, car il représente la dernière halte avant l’ascension du mont Blanc par sa voie la plus accessible. Surfréquenté, vétuste et ne correspondant plus aux normes actuelles de sécurité, il sera remplacé par un bâtiment d’une plus grande capacité (120 places), dont le chantier arrivera à terme à la fin de l’été.
Le nouveau refuge est implanté à 3 835 mètres sur un terrain communal de Saint-Gervais, près de l’ancien. Il est conçu dans une logique de respect de l’environnement, selon les normes HQE (Haute qualité environnementale). Son ossature est en bois local, limitant les transports et la pollution. L’aspect pédagogique de cette opération est souligné par le maire de Saint-Gervais, Jean-Marc Peillex : “Les élèves des écoles de la commune ont participé à toutes les étapes du travail du bois : marquage des épicéas, coupe, menuiserie et replantation. Ils se sont beaucoup investis dans le projet, et ce refuge est un peu le leur”. Le nouveau bâtiment bénéficie aussi de panneaux solaires et d’un système performant de traitement des eaux usées. L’enveloppe extérieure est en inox, avec une forme ovoïdale pour résister aux vents et aux forts écarts thermiques, et éviter la formation de congères derrière le bâtiment. Le budget de cet énorme chantier, 6,5 millions d’euros, est financé en grande majorité par la FFCAM (Fédération française des clubs alpins de montagne), propriétaire du refuge, et à 5 % par la commune de Saint-Gervais.
Plus grand, donc, le nouveau Goûter, mais pas immense non plus. Et cela volontairement. Le maire de Saint-Gervais explique ce choix : “Le mont Blanc est l’une des courses les plus prisées, car médiatisée. On est dans une logique d’exploit et pas d’alpinisme. En limitant la fréquentation, on essaie de faire passer le message que ce n’est pas le mont Blanc à tout prix, mais le mont Blanc dans de bonnes conditions, si nécessaire l’année suivante”. L’élu fait allusion aux conditions épiques de couchage dans l’ancien refuge, les alpinistes dormant non seulement entassés dans les dortoirs, mais aussi sur et sous les tables de la salle à manger, à même le sol. Des conditions difficilement compatibles avec la forme nécessaire pour gravir le mont Blanc le lendemain. Une nouvelle organisation est donc mise en place cet été, avec réservation obligatoire et versement d’arrhes représentant 50 % du montant de la nuitée. “Le nouveau Goûter devrait faire évoluer le comportement des alpinistes. On revient à une pratique normale de la montagne, plus respectueuse”, insiste Jean-Marc Peillex.
Jeanne Palay

Réservations : www.refugedugouter.ffcam.fr Tarifs : 45 € dans le nouveau refuge.
L’ancien refuge, encore en service cet été jusqu’à l’ouverture du nouveau, est constitué de deux bâtiments. Le plus ancien sera démonté pendant l’été 2013, tandis que l’annexe sera conservée pour servir de refuge d’hiver et d’abri d’urgence (en cas d’incendie).

- Advertisement -