Cet hiver, le snowpark de la station savoyarde a été revu et corrigé. Une piste lui a été entièrement consacrée et un forfait spécifique, à prix réduit, a été instauré. Le résultat d’une réflexion entamée il y a trois ans pour améliorer l’offre freestyle de la station.

"Toutes proportions gardées, nous souhaitions créer un snowpark à l’américaine", affirme Morgane Le Lann. En quelques mots, l’attachée de presse de La Plagne résume l’ambition de la SAP (l’exploitant du domaine skiable) concernant son snowpark. En clair, celui-ci n’est plus pensé comme une attraction annexe de l’offre en matière de ski alpin. Le snowpark est désormais conçu comme un véritable domaine skiable à l’intérieur du domaine skiable, un espace recherché pour lui-même.
Conséquence de cette démarche : la piste bleue "Capella", sur le secteur de Plagne-Centre,  a été entièrement  "privatisée" pour accueillir ce snowpark, qui se trouvait l’hiver dernier sur Belle-Plagne. Cette nouvelle implantation présente plusieurs avantages. En premier lieu, elle permettra aux utilisateurs de cet espace de repérer la ligne parfaite depuis le Funiplagne de la Grande Rochette, la télécabine qui passe juste au-dessus du snowpark. En effet, différents enchaînements de bosses et de modules, de pentes et de tailles diverses suivant le niveau (débutant à pro-rider), seront accessibles. Un repérage "aérien" apparaît dès lors idéal pour bien jauger le degré de difficulté de chaque ligne proposée.

Snowpark facilement modulable

Deuxième avantage : le snowpark sera desservi à la fois par ce Funiplagne et par le télésiège débrayable 6 places "Colorado".  Ces deux remontées mécaniques figurent d’ailleurs parmi les cinq (avec le téléski et le télésiège des Colosses, ainsi que le télésiège des Blanchets) auxquelles donne accès le Pass’Park. Ce nouveau forfait permet d’aller – sans avoir à déchausser les skis- aussi bien sur ce snowpark (situé à Plagne-Centre) que sur le half-pipe de Bellecôte et le boardercross de Belle-Plagne, ainsi bien sûr que sur toutes les pistes "classiques" desservies par ces remontées mécaniques. Il coûte 20 €, soit 19 € de moins que le forfait Grande Plagne, le seul qui donnait accès jusqu’à l’hiver dernier à ces espaces dédiés au freestyle.
Les 15 000 € investis dans l’achat de nouveaux rails, boxs… (c’est-à-dire ces barres de fer et boîtes rectangulaires sur lesquelles glissent les skieurs ou snowboarders) témoignent également de l’importance désormais accordée par la SAP à ce snowpark. "Tous ces modules répondent au même principe que les legos : on emboîte tout ou partie des éléments qui les composent, ce qui permet de leur donner des formes différentes à chaque fois. On les adapte de ce fait facilement aux conditions du neige et au degré de difficulté souhaité", explique Fabien Cattanéo, le créateur de Snowbox, la société qui fournit ces modules. Ainsi, les différents pro-riders de la station (parmi lesquels la skieuse Marie Martinod-Routin, meilleure freestyleuse française) pourront facilement "shaper" le snowpark à leur guise et à tour de rôle pendant l’hiver. Ceci afin d’en faire un véritable domaine skiable à l’intérieur du domaine skiable, avec ses propres acteurs et sa propre histoire.

Martin Léger

Légende photo : L’emplacement du snowpark observable depuis la télécabine de la Grande Rochette : idéal pour répérer sa trajectoire !