A l’occasion du lancement de la saison des refuges, dont les premiers ouvrent dès ce week-end du 31 mars et 1er avril 2012, Isère Tourisme et l’association des gardiens de refuges de l’Isère ont dévoilé le tout nouveau guide Refuges des Alpes. Réalisé et financé à 100% par le premier sur une idée des seconds, ce document bilingue répertorie les 37 refuges gardés du département, dont six situés dans les Hautes-Alpes. Localisation, dates d’ouverture, infos pratiques, itinéraires à partir du refuge, conseils du gardien, animations… le guide contient des renseignements utiles et précieux sur chacun d’eux. Mention spéciale pour l’info sur leur accès possible en transports en commun, une indication qui encouragera peut-être chacun de nous à privilégier la mobilité douce pour aller en montagne. Pour Frédi Meignan, président de l’association des gardiens de refuges de l’Isère, le lancement de ce guide est un moyen de faire la promotion de ces hébergements d’altitude auprès du grand public.


 «Les refuges font partie de l’imaginaire de la montagne », souligne le gardien du Promontoire, optimiste sur la relance de leur fréquentation dans la mesure où, selon Atout France, 73% des français interrogés se disent attirés, voire très attirés par la montagne l’été. « L’an dernier, nous avons constaté un retour des familles et des enfants », se félicite Frédi Meignan. Plusieurs raisons peuvent expliquer ce phénomène qui reste à confirmer cette saison : la multiplication des animations in situ, des tarifs attractifs, une proximité avec la nature inégalée, et surtout, une vraie rupture avec le quotidien. « Chaque fois que je croise des personnes qui ont eux une première expérience de nuit en refuge, elles ont des étoiles dans les yeux », témoigne le représentant des gardiens de l’Isère.

Des animations pour élargir la clientèle
Peinture sur bois, contes, astronomie, ateliers cuisine… le temps est révolu où les refuges de montagne proposaient essentiellement le gîte et le couvert. Désormais, non seulement les gardiens sont une mine d’informations pour les courses et randonnées au départ de leur refuge, mais ils sont de plus en plus nombreux à organiser des animations dans leur hébergement d’altitude, avec l’aide de partenaires locaux. Résultats, certains refuges, en particulier ceux qui sont les plus accessibles, constituent des buts de randonnées à part entière. Un bon moyen pour communiquer auprès du grand public et de recruter une nouvelle clientèle. « Plus familiale et moins alpiniste dans l’âme », précise Brigitte Turc-Moreau, gardienne avec son frère Gérard du refuge du Chatelleret (photo de une) dans l’Oisans depuis neuf saisons, et dont les ateliers de peinture sur bois remportent un vif succès.

Refuges des Alpes est édité à 6000 exemplaires et disponible dans les offices de tourisme, la Maison de la montagne à Grenoble, les refuges, et aussi téléchargeable sur le site www.isere-tourisme.com Un site internet dédié devrait dans un deuxième temps voir le jour sur la toile www.refuges-alpes.com

- Advertisement -