Pour sa 17e, le Festival Rencontres et Nature qui se déroule jusqu’au 2 août aux Houches et à Servoz, explore la thématique de l’eau. Rencontre avec Thierry Simon, président-fondateur de l’association Iffwater (International Fondation For Water), l’un des acteurs de l’édition 2013.

actumontagne.com Pouvez-vous nous présenter Iffwater ?
Thierry Simon : Nous sommes une association née en 2008. Notre but est d’informer le grand public sur toutes les problématiques liées à l’eau : la sécheresse, la dérive des courants qui entraîne des dérèglements climatiques,etc… Nous organisons des colloques, des cinés-conférences, et aussi des événements comme le Festival International du Film de la Mer à Hendaye. Nous sommes aussi producteurs de documentaires. Nous préparons actuellement un film sur la migration des orques, obligés d’aller vers le Pôle Nord pour trouver des eaux suffisamment froides.

actumontagne.com : Quelle est la nature de votre intervention aux Houches ?
TS : Nous allons animer une conférence sur l’eau ce jeudi 25 juillet à 21h à l’espace Olca des Houches), après la soirée Arctique du 23 juillet où deux films ont été projetés à l’Espace Olca). Nous participons également à une soirée ciné-débat sur la pollution des mers (lundi 29 juillet à 20h30 à l’Espace Olca). A plus long terme, nous réfléchissons à l’organisation d’un Festival du film sur le thème de la glace et des pôles. Nous avons commencé à en discuter avec la station des Houches, mais il n’y a rien de concrétisé pour l’instant.

actumontagne.com : Quel message souhaitez-vous faire passer au public du Festival ?
TS : Comme nous le répétons souvent, chaque geste compte, surtout le vôtre. Déjà, il faut commencer par ne jamais laisser ses déchets dans la nature. Il faut aussi prendre le temps du temps, c’est-à-dire le temps de la nature. Plutôt que d’aller faire des grandes balades en voiture, préférez la marche à pied ou le vélo, qui vous permettront en outre de faire de belles rencontres. Et n’hésitez pas à aller vous asseoir au pied d’un grand glacier, et à écouter le craquement et le mouvement de la glace. Vous vous rendrez compte qu’un glacier est quelque chose de vivant, et c’est le meilleur moyen de se représenter la force de la nature.

Propos recueillis par Martin Léger

 

- Advertisement -