Le Parc naturel régional des Bauges est candidat au label Géoparc, soutenu par l’UNESCO, et dont seulement deux parcs en France peuvent se prévaloir, la Réserve géologique de Haute-Provence et le Parc naturel régional du Luberon.

Le parc savoyard possède un patrimoine géologique remarquable que ses responsables entendent valoriser auprès du grand public, via ce label décerné à ce jour à 37 sites en Europe. Parmi ses richesses géologiques, le Trélod ou l’Arclusaz, magnifiques exemples de synclinaux perchés. Le sous-sol de ce territoire de Savoie est aussi exemplaire, à l’image de celui du plateau du Revard, qui abrite les cavités les plus longues et les plus profondes de Savoie. Son paysage karstique témoigne de ses importantes ressources en eau, eau qui alimente ensuite les lacs d’Annecy et du Bourget. Le Parc des Bauges s’appuie sur les exemples de pays comme l’Allemagne qui a fait de ses Géoparcs, de vraies destinations touristiques. La labellisation du massif des Bauges permettrait de mettre en valeur ce patrimoine géologique souvent méconnu. Plusieurs projets de valorisation ont déjà été menés. Le plus connu est le sentier des tannes et glacières du Margériaz accessible à tous et qui s’accompagne d’un livret d’interprétation. De nombreux projets sont en cours et devraient voir le jour en 2011. Citons le module géologique de la Maison faune-flore, les sentiers d’interprétation du Nant des Granges, des Creusates ou des Iles du Chéran, le chemin des vignes en combe de Savoie, etc.
L’intérêt scientifique du territoire a également été mis en valeur. Valorisation scientifique avec l’analyse de la tourbière des Creusates à Saint-François de Sales, valorisation pédagogique avec différents outils mis à disposition des élèves du territoire ou le récent traçage du Mont Colombier avec les élèves du collège du Châtelard.
Le Parc naturel régional du Massif des Bauges dispose donc de nombreux atouts pour décrocher le label Géoparc. Sa candidature va être déposée à la fin du mois de novembre. Si elle est jugée recevable, des experts viendront en Bauges pour l’évaluer. Réponse dans un an, à l’automne 2011.

photo : L’Arclusaz, superbe synclinal perché !