Bien connu des amateurs de planche à voile, le lac de Monteynard, entre Trièves, Vercors et Matheysine, est aussi un site idéal pour la randonnée pédestre, avec pas moins de 900 kilomètres de sentiers balisés sur son pourtour. Dans ce dédale de chemins, le Sivom et la base nautique de Monteynard-Avignonet ont aménagé un sentier écologique qui ravira petits et grands.

Chaque année, entre mai et octobre, le lac artificiel de Monteynard (23 km de long) accueille près de 30 000 visiteurs, pour la plupart férus de planche à voile ou de kite-surf. Ce qui semble assez logique puisque, comme l’indique Stéphane Bry, coordinateur de la base nautique, « ce lac est le deuxième plan d’eau intérieur d’Europe pour la régularité et la force de ses vents (force 3 à 4 en moyenne, soit 30 à 40 km/h de vent), juste derrière le lac de Garde en Italie ».
Cependant, les habitués du site n’étant pas exclusivement des adeptes des sports nautiques, le Sivom et la base nautique de Monteynard-Avignonet ont voulu proposer une activité complémentaire, voire alternative, à la pratique de la planche à voile ou du kite-surf.
C’est chose faite depuis l’été 2004, avec la mise en place d’un « sentier écologique », qui a coûté 15 000 euros. Avec une petite centaine de mètres de dénivelé et deux kilomètres de longueur, pour une heure à une heure et demie de marche, en prenant son temps, ce sentier en boucle se révèle idéal pour une promenade en famille.

A l’abri des fortes chaleurs

Le départ se situe en face du bâtiment d’accueil de la Mira (le bateau de croisières qui sillonne le lac). Après une montée plutôt raide mais courte sur un chemin assez large, à l’ombre des arbres, le parcours se poursuit sur une partie plate et dégagée, avec panorama sur le massif du Dévoluy et son point culminant, l’Obiou (2789 m). La dernière partie du parcours se révèle très agréable par forte chaleur. Majoritairement descendante, elle s’effectue en effet à l’abri du soleil, sur un petit sentier qui serpente dans les bois, avant de ressortir au-dessus du lac.
Si ce sentier est appelé « écologique », c’est parce qu’il a pour but de présenter les richesses naturelles proches du lac (géologie, faune, flore). D’où la présence au bord du chemin de moulages reproduisant des empreintes d’animaux, ou de bornes numérotées au pied de certains arbres ou fleurs, qui renvoient à un livret (2 €, en vente sur place) contenant toutes les explications nécessaires. Vous pourrez par exemple y apprendre que le trèfle incarnat (borne 31) est une « petite plante velue dressée, aux fleurs rouge sang, roses ou blanches, qui pousse dans les champs et lieux incultes jusqu’à 1500 m, de mai à juillet ». Qui a dit que sport et culture ne pouvaient pas faire bon ménage ?

Martin Léger

Pour toutes les infos pratiques (météo, hébergement…), consultez le site www.lac-monteynard.com