À quelques kilomètres d’Albertville, le vignoble de Cevins retrouve une seconde jeunesse, grâce à un vigneron qui emploie des méthodes de production respectueuses de la nature et du terroir.  

C’est l’histoire d’une renaissance. Les coteaux de Cevins, exposés au sud, avaient toujours été plantés de vignes. Mais depuis une trentaine d’années, les parcelles tombaient en friche, jusqu’à ce que le vigneron Michel Grisard décide de redonner vie à ce vignoble. Une vie respectueuse du terroir et de la nature.
Avec la bénédiction du maire de Cevins et des propriétaires des parcelles, Michel Grisard a replanté de la vigne sur ce coteau, depuis 1998. Aujourd’hui, ce sont 5,60 hectares qu’il cultive avec son associé Brice Omont. Le domaine s’appelle Les Ardoisières, “car le sous-sol est feuilleté comme de l’ardoise, et c’est le sous-sol qui donne son caractère au vin”.

Le domaine produit deux vins blancs et un rouge. Le premier blanc, à base de jacquère, est appelé Schiste. Le second blanc, nommé Quartz, est composé exclusivement d’altesse, et se positionne dans le haut de gamme, avec un bon potentiel de vieillissement. La cuvée de rouge, Améthyste, vient d’un assemblage de mondeuse et de persan, un vieux cépage oublié de Savoie. Cette année, un nouveau vin va faire son apparition, un liquoreux qui portera le nom d’Ambre. “Nous privilégions la qualité à la quantité. Nous élevons le vin en barriques de chêne, pas pour lui donner un goût de bois, mais pour qu’il puisse vivre et s’oxygéner, comme on affine un fromage”.

Une science du vivant, du sensible

Vigneron depuis plusieurs générations, Michel Grisard a choisi une démarche originale, appelée la biodynamie. Pas de produits chimiques de synthèse, mais des solutions naturelles pour traiter le sol et les plants (tisanes et décoctions de plantes, pulvérisations homéopathiques à base de silice…). Il emploie peu de machines, bine le sol et fauche à la main. “La biodynamie est une science qui n’est pas quantifiable, sauf par les résultats. Elle est née avec Goethe, grand écrivain mais aussi botaniste. On travaille sur le sensible, dans le respect de la nature. C’est une démarche globale, qui prend en compte les influences de la lune, des constellations…”
Michel Grisard garde néanmoins les pieds sur terre pour la commercialisation de son vin. “Le vignoble de Cevins est bien placé, car on le voit depuis la voie rapide qui relie Albertville à Moûtiers. Il a un bon potentiel touristique, avec les stations de ski proches. Sa renommée commence à se faire, et notre vin est présent dans de grands restaurants comme ceux de Marc Veyrat”.
Pour connaître les différentes cuvées du domaine des Ardoisières, vous pouvez visiter la cave de Cevins et goûter les vins “sans ingérer de produits chimiques dangereux”’.
Jeanne Palay
Cave de Cevins : 04 76 38 29 70.