En cette fin d’août 2018, la CIPRA (Commission internationale pour la protection des Alpes) s’inquiète de la pénurie d’eau dans l’arc alpin. Comme partout en Europe, ses habitants ont suffoqué une grande partie de l’été, le deuxième plus chaud de l’histoire en France, après celui de 2003. Alpages et cours d’eau souffrent d’une sécheresse persistante. Dans le Vorarlberg en Autriche, par exemple, la moitié des alpages traverse une forte pénurie d’eau. Ils ont dû être approvisionnés en eau par des camions citernes, et les agriculteurs frappés par la sécheresse ont été obligés d’acheter du foin dans la région voisine de l’Allgäu en Allemagne. Depuis avril, il n’est tombé dans la région que la moitié des précipitations habituelles. Il faut remonter à 1976 et 2003 pour trouver des périodes de sécheresse d’une telle ampleur.

En Suisse aussi, l’été 2018 restera dans les annales comme le plus chaud depuis le début des relevés en 1864, souligne la CIPRA.

Filet d’eau en montagne ©Actumontagne

Mardi dernier, la préfecture de Haute-Savoie publiait un communiqué pour étendre le classement en alerte au secteur des Dranses, après ceux des secteurs du Fier et de la Menoge, celui du Chéran étant en alerte renforcée. Ces mesures de restrictions interdisent notamment de laver les véhicules, de remplir les piscines privées ou encore d’arroser les pelouses.

Les Alpes à court d’eau_poissons morts ©CIPRA

Le niveau du Lac Majeur à la frontière italo-suisse a baissé de trois centimètres par jour pendant la canicule du début du mois d’août : ce sont 6 milliards de litres d’eau perdus en 24 heures ! Avec la montée des températures de l’eau (jusqu’à 28°C dans le Rhin suisse), la teneur en oxygène de l’eau diminue. À la clé, plusieurs tonnes de poissons -truites et ombres- sont morts.

Cet épisode de sécheresse vient s’ajouter à une succession d’autres enregistrés depuis une quinzaine d’années. Ils rappellent combien les régions alpines, considérées comme le château d’eau de l’Europe, sont vulnérables face au changement climatique. Selon les prévisions, la température moyenne devrait encore augmenter de deux à cinq degrés dans les Alpes d’ici la fin du siècle, condamnant la quasi-totalité des glaciers alpins à disparaître.

Pensez aux éco-gestes pour préserver l’eau des montagnes. Chaque goutte compte !