Après Chamonix-Mont-Blanc, c’est à Saint-Gervais que le Président de la République s’est rendu et a confirmé la création d’une aire protégée autour du mont-Blanc. « Une victoire » estime le maire de Saint-Gervais, Jean-Marc Peillex, « engagé dans un travail de fond de près de 20 ans ». En septembre dernier, il avait alerté Emmanuel Macron dans une lettre ouverte.

Accueil du Président de la République par Jean-Marc Peillex©Mairie de Saint-Gervais-Les Bains

Cet arrêté de protection d’habitat naturel a pour objectif de réglementer l’accès au mont Blanc pour le protéger et pour valoriser les usages et bonnes pratiques souhaités. Pour les autorités, le but n’est pas d’interdire l’accès au Toit de l’Europe mais de légiférer afin que son ascension se fasse de manière raisonnée et dans le respect de la nature. Certaines amendes passeront pourraient aller jusqu’à 1500 €.

Jean-Marc Peillex a assuré qu’il resterait mobilisé et suivrait de près l’application de cet arrêté effectif « d’ici la fin de l’année après une concertation et une enquête publique ». Des arrêtés provisoires seront pris dès cet été en ce sens a promis le maire de Saint-Gervais.

©Mairie de Saint-Gervais-Les Bains

La lutte contre la pollution, autre cheval de bataille de Jean-Marc Peillex et de tous les élus de la vallée de l’Arve, a également fait l’objet d’annonces présidentielles : interdiction au 1er juillet, de la circulation des poids lourds de catégories Euro 3 et 4 dans la vallée de l’Arve, renforcement des moyens pour le remplacement des chaudières à bois et prolongement du Léman Express, « le RER transfrontalier franco-suisse » jusqu’à Saint-Gervais, avec la modernisation de la ligne La Roche-sur-Foron -Saint-Gervais.

- Advertisement -