Réservés aux alpinistes, les refuges ? Pas du tout ! C’est le message que souhaite faire passer la Fédération française des clubs alpins et de montagne. Elle propose deux guides intitulés Refuges en famille dans lesquels elle présente une sélection de refuges adaptés aux plus jeunes, l’un dédié au massif des Écrins, l’autre à Savoie-Mont-Blanc. À l’intérieur, plein de conseils pour réussir cette belle expérience !

“C’est une telle chance de pouvoir dormir en refuge avec des enfants ! Cela leur procure des souvenirs magnifiques, partagés avec les parents. Nous le faisons régulièrement avec nos deux enfants, depuis leur plus jeune âge. C’est très motivant pour eux de marcher avec comme objectif : dormir en montagne”, s’enthousiasme Céline Lacombe, qui aime randonner en famille et créatrice du site Les Petits baroudeurs. “Je me souviens notamment de l’accueil très chaleureux au refuge d’Avérole, en Vanoise, avec des chambres familiales, une grande salle de jeux pour les enfants, des livres jeunesse, et même une table à langer. Au refuge de la Servaz, dans les Bauges, le gardien nous a proposé d’aller avec lui chercher les œufs dans son poulailler. Magique, pour les enfants !”.
Pour vivre des expériences aussi positives, il faut tout de même bien choisir sa destination. D’où l’utilité des guides Refuges en famille de la Fédération française des clubs alpins et de montagne (FFcam), téléchargeables gratuitement. Cette brochure est déclinée pour le massif des Écrins avec vingt-deux refuges retenus, et aussi pour Savoie-Mont-Blanc où trente-deux d’entre eux conviennent aux famille avec enfant pour leur accessibilité, leurs équipements (chaise haute, jeux…), et l’accueil adapté des gardiens.

Cap sur le refuge d’Avérole ! @Fred Lacombe/Les Petits Baroudeurs

Des animaux à proximité
Niels Martin, directeur adjoint à la communication de la FFcam, précise : “Nous souhaitons faire savoir qu’une majorité de refuges est tout à fait adaptée aux familles, et pas uniquement aux alpinistes, comme étape vers les cimes”. Ces cabanes d’altitude représentent effectivement des buts de randonnée privilégiés pour les plus jeunes. Avec souvent des animaux à proximité : marmottes, chocards, ânes pour le portage des denrées, chèvres… “Les refuges représentent une expérience nouvelle pour les jeunes, où collectivité rime avec convivialité et sobriété. La rencontre avec le gardien, passeur de passion, est également marquante”, précise Niels Martin.
Parmi ces hommes d’exception, Guillaume Bailly garde le refuge de Vallonpierre, dans les Écrins, avec sa compagne. Il témoigne de son quotidien : “Notre refuge est un bel endroit pour s’initier à la montagne en famille. C’est un bâtiment récent, donc confortable, avec de l’eau chaude, des douches, de l’espace… Juste devant le refuge, un petit lac fait la joie des enfants. Nous accueillons avec grand plaisir les familles, d’autant que nous avons nous même trois enfants (6, 8 et 10 ans), qui passent une partie de l’été avec nous. Nous avons un coin jeu, une chaise haute, un lit bébé, donc les parents peuvent venir même avec des tout petits. Pour agrémenter la balade d’accès, nous avons créé un petit carnet à télécharger, avec des jeux et des questions. Cela incite les enfants à marcher, pour trouver les réponses au fil de la randonnée”.

Un décor de carte postale autour du Carro en Haute-Maurienne©Charline Persia

Ludovic Saintenoy, lui garde le refuge du Carro en Vanoise, avec son frère et sa compagne. « Nous accueillons tout le monde avec plaisir, y compris les familles avec des bébés, auxquelles nous réservons des petites chambres. Nous avons deux lacs à 50 mètres du refuge, où les enfants aiment jouer. Des bouquetins peu farouches s’approchent du refuge, on les voit le soir depuis notre terrasse. On a aussi souvent la chance d’admirer des chamois et des aigles. C’est toujours un moment fort pour les jeunes, et les moins jeunes, de découvrir la faune sauvage dans son environnement naturel”.
Que de bonnes raisons pour venir dormir en refuge en famille !

Jeanne Palay

Photo de Une : « Un objectif : dormir tout là-haut » ©Fred Lacombe/Les Petits Baroudeurs