Auprès de mon arbre je vivais heureux… chantait Brassens. Combien il avait raison ! Aujourd’hui on parle de plus en plus de sylvothérapie, médecine préventive venue du Japon et qui fait florès partout en France.

Dans nos Alpes, les bains de forêts, les saluts aux arbres, l’enlacement de leur tronc, sont devenus des activités anti-stress très prisées par un public d’urbains en manque de nature. Le livre La vie secrète des arbres du forestier allemand Peter Wohlleben, best-seller mondial, n’est pas étranger à ce besoin de verdure revenu en force avec la crise sanitaire.

À l’occasion de la Journée internationale des forêts, ce dimanche 21 mars, premier jour du printemps, l’Office National des Forêts a commandé à l’institut Viavoice une enquête sur l’intérêt des Français envers cet écosystème en ce moment. À, la question « Au regard de la pandémie et de ses conséquences telles que les confinements, le couvre-feu… quelles sont les activités qui vous feraient le plus de bien, aller en forêt fait partie des priorités. Juste derrière aller au restaurant, voir des amis et avoir des activités culturelles. Quelles sont les motivations des sondés ? Les forêts sont avant tout source de bien-être, elles les apaisent et les relient à la nature. Et la crise actuelle et ses conséquences, renforcent encore leur envie d’une immersion dans ce concentré de chlorophylle !

foret enneigee
©Actumontagne

Alors, direction nos forêts, pour mettre en marche nos sens et alléger cette période inédite que nous vivons depuis un an maintenant : regardez, respirez, écouter, touchez…

- Advertisement -